lundi 30 juin 2014

Bouleaux veruqueux, un mal aimé si joli !

Greg des blocs
Bouleaux, Rocher de l’éléphant, Larchant, (C) 2014 Greg Clouzeau
Bouleaux, Rocher de l’éléphant, Larchant, (C) 2014 Greg Clouzeau
Les bouleaux poussent en général sur les terres pauvres, acides, souvent siliceuses, et plutôt humides. On les trouve à plus de 2 000 m d'altitude, ainsi que dans les régions arctiques vu qu'ils peuvent supporter sans sourciller des températures de -40 ° C !

C'est une espèce pionnière qui constitue souvent la première formation arborée lors de la reconquête ou de la colonisation de landes par la forêt. Comme souvent avec les éspèces pionnières, la croissance est rapide et la durée de vie courte. Ainsi, en climat tempéré, les bouleaux meurent assez rapidement (entre 15 et 30 ans pour beaucoup), mais plus au nord (Suède, Finlande, Sibérie, etc.) ils peuvent vivre jusqu’à 100 ans et plus. Les futaies de bouleaux sont appelées boulaies ou boulinières ou encore des bétulaies.

Cet arbre à feuilles caduc et  à l'écorce blanche écaillée peut atteindre 20 à 30 m de hauteur et jusqu'à 60 cm de diamètre à la base. On attribue à sa sève, ainsi qu'à son écorce, de nombreuses propriétés médicinales. Son écorce est aussi très inflammable ! Mais il est aussi souvent accusé pour les alergies fortes que provoque sont pollen . Il fleurit d'avril à mai. Ses fruits sont des cônes allongés de 10 cm de longueur pour le mâle et de 3 cm dressés pour la femelle.
Le bouleau est une espèce pionnière. Ici dans la Vallée Close, Trois Pignons, (C) 2012 Greg Clouzeau
Le bouleau est une espèce pionnière. Ici dans la Vallée Close, Trois Pignons, (C) 2012 Greg Clouzeau

Il existe quatre espèces de bouleaux en Europe, dont deux arbres très répandus en France : Betula pendula, le bouleau verruqueux, et Betula pubescens, le bouleau pubescent.





  • Bouleau verruqueux (Betula pendula Roth., syn. B. verrucosa Ehrh.) – Présent dans presque toute l’Europe, (mais rare dans le sud).  Espèce pionnière sur sol riche à très pauvre et parfois très sec (dunes) , c'est un arbre à croissance rapide (12 m en 20 ans) pouvant atteindre 25 m de hauteur. Les rameaux sont retombants glabres et pourvus de verrues résinifères. Les feuilles sont de forme triangulaire doublement dentées et glabres. Le bouleau verruqueux a une écorce blanche, lisse et brillante avec quelques taches noires, souvent accompagnées de crevasses. On le rencontre un peu partout à Fontainebleau


  • Bouleau pubescent (Betula pubescens Ehrh., syn. B. alba L.) – Présent lui aussi dans presque toute l’Europe, mais il est rare dans la région méditerranéenne et dans le sud-est. Plus hygrophile (qui aime l'eau), il pousse dans les forêts humides et dans les tourbières. C'est un arbre au port élancé à croissance un peu plus lente (10 m en 20 ans). Sa hauteur en général est de 10 à 15 m, parfois 20 m. A l'inverse de son frère, ses rameaux sont lisses et pubescents (sans poils) et les feuilles forme un  losange. Elles aussi sont pubescentes à leur face inférieure. Le bouleau pubescent a une écorce d’un blanc plus mat, parfois rosé, avec souvent des bandes ou des lignes horizontales grisâtres, mais sans taches noires ni crevasses.


  • 
    Le bouleau est une espèce pionnière. Ici dans le nord de Fontainebleau (C) 2012 Greg Clouzeau
    Le bouleau est une espèce pionnière. Ici dans le Nord de Fontainebleau, (C) 2012 Greg Clouzeau



    L'un comme l'autre n'ont pas un grand intérêt économique et, à Fontainebleau, dans leur grande majorité, les artistes préfèreront célébrer les vieux chênes solitaires que nos frêles bouleaux. Seul l'Oberman, étrange personnage de Sénancour, préfèrera les gracieux bouleaux, symbole de pauvreté et de fragilité aux vénérables chênes bellifontains."J'aime le bouleau ; j'aime cette écorce blanche, lisse et crevassée. Cettte tige agreste ; ces branches qui s'inclinent vers la terre ; la mobilité des feuilles, et tout cet abandon, simplicité de la nature, attitude des déserts."  

    "J'aimais à voir du fond de mon antre les genévrier et les bouleaux résister à l'effort des vents quoique privé de terre féconde et d'un sol commode et conserver leur existence libre et pauvre, quoiqu'ils n'ussent d'autre soutien que les parois des roches entrouvertes entre lesquels ils se balancaient, ni d'autre nourriture qu'une humidité terreuse amassée dans les fentes où leurs racines s'étaient introduites."


    Si le bouleau a longtemps été ignoré par le forestier local, depuis quelques années, il est utilisé dans les parcelles de chênes en régénération pour couvrir les jeunes plants. Il les protège tant du soleil que du vent ou du gel... Une expérimentation qui porte ses fruits et qui sera intégrée dans le futur Plan d'aménagement forestier (2016-2035 à découvrir sur http://www.tl2b.com/)

    Se mettre au vert à l'Eléphant

    Greg des blocs
    Parmi tous les sites d'escalade de Bleau, celui du Rocher de l'Eléphant, sur la commune de Larchant, est sans aucun doute l'un des plus spectaculaires. C'est aussi, hélas, un des sites les plus touchés par l'érosion ce qui a conduit à de gros travaux de stabilisation des sols qui, bien entendu, artificialisent considérablement le paysage !
    Reste qu'en cherchant bien, on peut encore faire de belles images... si, si !
    
    Paysage du Rocher de l'Eléphant, Larchant, (C) 2014 Greg Clouzeau
    Paysage du Rocher de l'Eléphant, Larchant, (C) 2014 Greg Clouzeau


    Paysage du Rocher de l'Eléphant, Larchant, (C) 2014 Greg Clouzeau
    Paysage du Rocher de l'Eléphant, Larchant, (C) 2014 Greg Clouzeau





    samedi 28 juin 2014

    Jour de pluie

    Greg des blocs
    Y'a des jours où rien ne va comme prévu...
    
    Goute à goute en forêt de Fontainebleau, (C) 2014 Greg Clouzeau
    Goute à goute en forêt de Fontainebleau, (C) 2014 Greg Clouzeau
    Cliquez sur la photo pour passer en plein écran



    jeudi 26 juin 2014

    Merci Tony

    Greg des blocs
    Tony Fouchereau, ouvreur de caillou à BleauL'ami Tony Fouchereau fait parti de la poignée d'infatigables brosseurs de cailloux... y'a qu'à voir son profil sur Bleau.info pour s'en rendre compte...

    Plus d'un millier de voies brossées à son actif ! Merci Tony !

    Un grand bonhomme qui est aussi pompier et avec qui on passe beaucoup de temps à rigoler.





    
    Tony Fouchereau, Apremont Bizons, (C)2013 Greg Clouzeau
    Tony Fouchereau, Apremont Bizons, (C)2013 Greg Clouzeau

    le bossu d'Apremont dames

    Greg des blocs
    Il y a des rochers dont la beauté est indéniable...
    
    Le bossu, Apremont Dames, Barbizon, (C) 2014 Greg Clouzeau
    Le bossu, Apremont Dames, Barbizon, (C) 2014 Greg Clouzeau
    Cliquez sur la photo pour afficher en plein écran




    mercredi 25 juin 2014

    Inspiration cubique en forêt de Fontainebleau

    Greg des blocs
    Profil Cubiste, Cul de Chien, Trois Pignons, (C) 2014 Greg Clouzeau



    Profil Cubiste, Cul de Chien, Trois Pignons, (C) 2014 Greg Clouzeau
    Dans ma galerie consacrée aux farces de la natures et aux visages de pierre de la forêt de Fontainebleau, on trouvera toutes sortes de bêtes et de visages plus ou moins figuratifs. Parmi eux, il y a quelques sculptures naturelles que ne renieraient certainement pas les premiers peintres cubistes qui, finalement, à l'image de Cézanne, n'ont fait que retranscrire les œuvres de Dame nature !



    En effet, l'inspiration du courant cubisme vient de l’œuvre de Cézanne qui "transforme la vision en volumétrie concrète". Braque et Picasso en créant ce courant ont abolit la perspective, principe fondamental de la peinture depuis la renaissance...



    "Les cubistes veulent montrer ce qui fait l’essence d’une chose, la montrer dans son intégralité. Ils veulent montrer tout ce qui peut caractériser une forme, même si dans la réalité, on ne peut pas le percevoir simultanément. Par exemple, ce qui caractérise une tasse, c’est l'anse que l’on voit quand on l’observe de face, l’ellipse qui se dessine quand on la regarde d’au-dessus, et la forme du récipient lui-même vu de profil.
    Le cubiste, va chercher à montrer l’essentiel de ce qu’est une tasse, en représentant ses différentes caractéristiques, ses différents plans, simultanément sur le plan de la toile, même si cela ne correspond pas à ce que l’on peut observer dans la réalité. Ce principe est appliqué aux objets comme aux personnages." peut on lire sur http://www.histoiredelart.net/courants/le-cubisme-12.html





    Je vous laisse admirer quelques oeuvres naturelles de la forêt de Fontainebleau et les comparer à quelques portraits cubistes sur google.

    Portrait cubiste, Roche aux Sabots, Trois Pignons, (C) Greg Clouzeau
     Portrait cubiste, Roche aux Sabots, Trois Pignons, (C) Greg Clouzeau



    L'inca, 91.1, Trois Pignons, (C) 2013 Greg Clouzeau
    L'inca, 91.1, Trois Pignons, (C) 2013 Greg Clouzeau
    Le picaso, Bas Cuvier, Fontainebleau (C) 2014 Greg Clouzeau
    Le picaso, Bas Cuvier, Fontainebleau (C) 2014 Greg Clouzeau

    mardi 24 juin 2014

    Bonsaï de Fontainebleau

    Greg des blocs
    La forêt de FontaineBleau et des Trois Pignons est peuplé de Bonsaïs 100 % naturels...

    Un bonsaï, (ou bonzaï) du japonais 盆栽 est dans la tradition chinoise, un arbre ou une plante avec un ou des rochers, et, selon la tradition japonaise, un arbre ou une plante dans un pot.

    Cet arbre est miniaturisé par des techniques de taille particulières, et en ligaturant ses branches. On le rempote régulièrement afin de tailler ses racines internes ainsi que celles qui joignent la surface du pot (le nebari), afin d'en faire une œuvre d'art  esthétique  ressemblant  à l'arbre dans la nature.

    A Fontainebleau, de nombreux pins germent sur les rochers dans des petites cavités et fissures et atteignent des tailles exceptionelles. Mais on trouve égallement des hêtres et des chênes bonsaïs dont un exceptionel au Rocher Canon dont je vous reparlerai...


    
    Bonsaï bleausard, Trois Pignons, (C) 2012 Greg Clouzeau
    Bonsaï bleausard, Trois Pignons, (C) 2012 Greg Clouzeau

    lundi 23 juin 2014

    Didier Gérardin joue le magnifique à la Cuisinière

    Greg des blocs
    Collector encore avec cette photo de Didier dans le Magnifique, un dévers qui porte bien son nom dont l'ouverture est souvent attribué à Patrick Edlinger.


    Depuis 2004, la cotation de 7A a pris un + suite à la casse d'un gratton essentiel pour atteindre "facilement" les gros trous plats du haut.


    Making Of


    Cette image date du temps où je ne bossais qu'en diapo à 50 ISO même au flash.
    A l'époque je devais être en sychronisation deuxième rideaux à f5.6 et une vitesse de 1/125e. Suffisant pour figer le mouvement et assombrir le fond. Mais j'ai tardé un peu à déclencher et la mise au point n'est donc pas faite sur les (beaux) yeux de Didi mais sur l'épaule...

    
    Dididier Gérardin dans le Magnifique, Franchard Cuisinière, 90'S, (C) Greg Clouzeau
    Didier Gérardin dans le Magnifique, Franchard Cuisinière, 90'S, (C) Greg Clouzeau


    Photo-reportage sur les Secours en forêt de Fontainebleau et des Trois Pignons

    Greg des blocs
    Parmi les articles que j'ai publié sur la Tribune Libre de Bleau et Cie, il y en a plusieurs sur les difficiles secours qui nécessitent l'usage d'un hélicoptère et l'engagement du GRIMP (Groupe de Recherche et d'Intervention en Milieu Périlleux).


    Celui-ci date de 2013, au cœur de la Vallée Close, dans les Trois Pignons et m'avait permis de faire quelques très belles images à découvrir sur ma photothèque du Pays de Fontainebleau ici.

    
    Secours dans la Vallée close, Trois Pignons, (C) 2013 Greg Clouzeau
    Secours dans la Vallée close, Trois Pignons, (C) 2013 Greg Clouzeau

    dimanche 22 juin 2014

    Alain Hoffmann, un photographe grimpeur devant mon objectif.

    Greg des blocs
    Dans mon wall of fame, (comprenez le "mur des célébrités", des "meilleurs"...) j'accrocherai bien cette photo de l'ami Alain Hoffmann qui, encore aujourd'hui, se trouve rarement de ce côté de l'objectif... Le "grand chauve" sourit.

    Pour le bloc, il s'agit du n°16 bis rouge du 95.2 (la directe), beau 5 à grattons...

    
    Alain Hoffmann, 16 rouge, 95.2, Trois Pignons, 90's, (C) Greg Clouzeau
    Alain Hoffmann, 16 rouge, 95.2, Trois Pignons, 90's, (C) Greg Clouzeau

    samedi 21 juin 2014

    Excalibur est plantée à Franchard Cuisinière

    Greg des blocs
    Excalibur n'est pas qu'une célèbre épée !
    C'est aussi le nom donné à cette arrête plantée sur la crête sud de Franchard Cuisinière sur le circuit noir tracé et ouvert par Philippe Le Denmat et Emmanuel Ratouis dans les années 90.

    Cette photo de Philippe (paré par Eric Létot) date de quelques jours après les premières ascensions lors de la préparation du topo...
    Proposée initialement à 7A, cette ligne mérite certainement un + dans la version originale.

    Notez en effet, qu'à droite aucune prise n'est brossée et que la variante de droite est beaucoup plus récente (et facile).

    Philippe Ledenmat, Excalibur, 7a, Franchard Cuisinière, (90's) (C) Greg Clouzeau
    Philippe Le Denmat, Excalibur, 7A, Franchard Cuisinière, (90's) (C) Greg Clouzeau



    mardi 17 juin 2014

    Didier joue la Conquérance à Franchard

    Greg des blocs
    Comme vous aimez les collectors, je poursuis avec ce superbe 6C+ qu'est Conquérance, plus connu sous le nom du surplomb de la Coquille.

    A cette époque (début des années 90), il n'y avait sur ce bloc que cette voie rapidement "rallongée" par un départ assis... Pas de jeté à droite ou de sortie à gauche.

    
    Didier Géradin dans Conquérance, 6c, Franchard Hautes Plaines, (C) Greg Clouzeau
    Didier Géradin dans Conquérance, 6C, Franchard Hautes Plaines, (C) Greg Clouzeau



    samedi 14 juin 2014

    Danse de Printemps au Rocher Saint Germain

    Greg des blocs
    Collector encore...avec ces scans de vieilles diapos.

    Voici des images de Didier Gérardin faites en 1995 dans ce qui est sans doute une des plus belles traversées de Fontainebleau : Danse de Printemps au Rocher Saint Germain.
    Située dans un des nombreux couloirs rocheux du sentier bleu Denecourt n°4, cette traversée en 7B+ ouverte par Jean Pierre Bouvier et Christophe Laumône fut ensuite rallongée et faite en aller retour (avec plusieurs versions dont Sonate d'automne, 8B par Jacky Godoffe et son aller retour, Amazonia, 8C+ par Francis Hélias). Je ne compte pas toutes les versions et jeux...ils sont trop nombreux !

    
    Didier Gérardin, Danse de Printemps, Rer St Germain, Fontainebleau, 1995, (C) Greg Clouzeau
    Didier Gérardin, Danse de Printemps, Rer St Germain, Fontainebleau, 1995, (C) Greg Clouzeau
     

    
    Didier Gérardin, Danse de Printemps, Rer St Germain, Fontainebleau, 1995, (C) Greg Clouzeau
    Didier Gérardin, Danse de Printemps, Rer St Germain, Fontainebleau, 1995, (C) Greg Clouzeau

    vendredi 13 juin 2014

    Babar...dans Gnosienne

    Greg des blocs
    En farfouillant dans mes tirages papiers des années 90, j'ai retrouvé quelques collectors et notamment une série faite à Franchard Isatis en compagnie de quelques uns des meilleurs grimpeurs des années 1990.

    Parmi ces photos, en voici une de François Lombard, dit Babar dans un 7C exceptionnel : Gnossienne !

    
    François Lombard dans Gnossienne, Isatis, années 90, (C) Greg Clouzeau
    François Lombard dans Gnossienne, Isatis, années 90, (C) Greg Clouzeau


    François est devenu Guide de Haute Montagne et vous pouvez suivre ses aventure sur son blog




    jeudi 12 juin 2014

    Olivier joue au Jokari à Franchard

    Greg des blocs
    Vous connaissez très certainement ce jeu !
    Le jokari  a été inventé en France en 1938, par Louis Joseph Miremonun. C'est un jeu du type pelote basque qui se pratique, seul ou à deux, avec un équipement composé d'une balle en caoutchouc attachée à un socle par un élastique. La balle, après avoir été frappée avec une raquette en bois, revient ainsi vers les joueurs comme si elle avait rebondi contre un fronton (la suite sur Wikipédia).



    Et bien lors de l'ouverture de cette voie située à Franchard Sablons, Olivier avait un peu l'impression d'être cette balle à force de revenir à son point de départ dans ses tentatives de jetés...

    Proposé à 7B dans une version un peu moins directe que l'ultime jeté au sommet (à droite), les suivant ont pris l'habitude de sortir le Jokari par la dalle de gauche  pour une difficulté plus proche du 7A... (sur la photo prise à l'ouverture, on voit nettement que cette option n'était pas la nôtre à l'époque).

    
    Olivier Penel à l'ouverture du Jokari, Franchard Sablons, Fontainebleau (C) Greg Clouzeau
    Olivier Penel à l'ouverture du Jokari, Franchard Sablons, Fontainebleau (C) Greg Clouzeau