mardi 30 juin 2015

La baleine des Gorges d'Apremont

Greg des blocs
L'exploration du bestiaire de la forêt de Fontainebleau semble sans fin d'autant plus que certains blocs hier largement publiés sont aujourd'hui bien caché à plusieurs mètres des anciens sentiers.

Ainsi, au cours de quelques divagations dans les Gorges d'Apremont, j'ai failli louper cette célèbre baleine...

N'ayant pas la carte avec moi, ma photo n'adopte pas le même angle. Je n'ai aucun doute sur l'identification mais il me semble que le bloc s'est affaissé.

A vérifier lors d'une prochaine visite !

Alors baleine ou crocodile ? Gorge d'Apremont, Fontainebleau, C 2015 Greg Clouzeau
Alors baleine ou crocodile ? Gorge d'Apremont, Fontainebleau, C 2015 Greg Clouzeau
Cliquez la photo pour passer en plein écran


lundi 29 juin 2015

L'indien du Rocher Canon

Greg des blocs
L'indien du Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg ClouzeauDans mes thèmes favoris, il y ce que j'appelle "les CréNature" et notamment ces drôles de bêtes ou étranges portraits figés dans pierre ou le bois par Dame Nature. Lors d'une séance au rocher Canon, j'ai remarqué ce visage aux yeux plissés et joues burinées par le soleil, les lèvres tombantes, le nez cassé qui semblait sortir de la pierre pour nous mettre en garde.

Une attitude et un regard qui m'a tout de suite fait penser aux portraits de ces vieux indiens d'Amérique. Le photographe Edward S. Curtis, basé à Seattle dans l'Etat de Washington, s'est embarqué dans un immense projet au début du 19e siècle : il a voyagé à travers l'Ouest américain et a effectué des photographies pour documenter la vie des "Native Americans". Il a visité plus de 80 tribus indiennes sur environ 20 ans de travail, prenant ainsi plus de 40'000 photos. Je vous propose d'en découvrir la sélection publiée sur un blog référentiel en photo-journalisme du magazine "The Atlantic". En voici déjà 34: c'est la galerie photos proposée par "In Focus".


L'indien du Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau
L'indien du Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau

dimanche 28 juin 2015

Cet hêtre est un coquin !

Greg des blocs
A celles et ceux qui divagueraient le long du sentier bleu n°12, à la recherche de ces hêtres tortueux dont je parle régulièrement, ne vous laissez pas surprendre par ce coquin...
A moins qu'une âme sensible et pudibonde ne vienne couper cette drôle d'ex-croissance !

Hêtre coquin, Rocher Canon, Fontainebleau (C) 2015 Greg Clouzeau
Hêtre coquin, Rocher Canon, Fontainebleau (C) 2015 Greg Clouzeau

samedi 27 juin 2015

La fourch' mammouth

Greg des blocs
Allez savoir pourquoi les anciens ont nommé ainsi cette superbe ligne du circuit bleu clair du Rocher Canon ? La Fourch'mammouth remonte un petit surplomb pour un rétablissement un peu vertigineux (4 m) qui impressionne souvent ceux qui y débarquent la première fois. Franchement, ce n°24 vaut bien un bon 4+.
Ce circuit a été tracé en 1964 et n'a subit que très peu de variations depuis.
Christophe affronte la Fourch'Mammouth, Rocher Canon, (C) 2015 Greg Clouzeau
Christophe affronte la Fourch'Mammouth, Rocher Canon, (C) 2015 Greg Clouzeau

vendredi 26 juin 2015

Aux prises avec L'Eunuque

Greg des blocs
Et là, c'est Christophe qui s'y colle ! Cette petite fissure est un poil plus dur qu'on le pense du fait des adhérences à faire sur un grès naturellement très marbré...
L'Eunuque, n°22 du circuit bleu clair (tracé pour la première fois en 1964) est à compter dans les très beaux  4- de la forêt...
Christophe aux prises avec l’Eunuque, Rocher Canon, (C) 2015 Greg Clouzeau
Christophe aux prises avec l’Eunuque, Rocher Canon, (C) 2015 Greg Clouzeau

jeudi 25 juin 2015

Beau gosse complètement loco

Greg des blocs
Allez, il y a déjà pas mal de jours que je ne vous ai pas offert une petite photo collector issue du scan de mes diapositives... Pour me rattraper, je vous en propose une de mon ami Laurent Avare sur l'un des plus hauts blocs de la Padôle : la loco !

Ici les noms des voies font référence à cette locomotive avec TGV, la vie du rail, carte orange...

Laurent Avare sur la Loco, La Padôle, Essonne, (C) Greg Clouzeau
Laurent Avare sur la Loco, La Padôle, Essonne, (C) Greg Clouzeau
La Padôle compte parmi les plus beaux sites d'escalade de l'Essonne et abrite quelques morceaux d'anthologie comme ce magnifique pilier du circuit rouge TD+.

Un bon 6 mètres de haut, sans crashpad, au début des années 90 ! Comme quoi, les highball... c'est pas nouveau ;-)

En revanche, sous les châtaigners, c'est un peu étouffant et les moustiques s'en donnent à cœur joie !

mercredi 24 juin 2015

Le plus gros bonsaï de Bleau est au rocher Canon

Greg des blocs

La forêt de Fontainebleau abrite de très nombreux bonsaïs naturels mais le plus remarquable est sans doute ce vénérable chêne à l'entrée du site du Rocher Canon !

Un bonsaï, ou bonzaï, est, dans la tradition chinoise, puis, japonaise, coréenne et vietnamienne un arbre ou une plante avec un ou des rochers (dans la version chinoise) dans un pot. Cet arbre est miniaturisé par des techniques de taille particulières en ligaturant ses branches. On le rempote régulièrement afin de tailler ses racines internes ainsi que celles qui joignent la surface du pot afin d'en faire une œuvre d'art ressemblant à l'arbre dans la nature. Ici, la nature a œuvré seule (même si la très forte fréquentation du site a certainement contribué à modeler le visage de cet arbre).


Aujourd'hui, sa survie est de plus en plus difficile car le piétinement du sol et de ses racines contribue à l'étouffer progressivement au point que l'ONF a placé un panneau rappelant ce phénomène !

Merci donc de ne pas l'escalader ou d'en piétiner les abords..

La culture des plantes dans des pots a débuté en Égypte il y a environ quatre mille ans, essentiellement pour des raisons pratiques, d'utilité et de mobilité mais les chinois furent les premiers à cultiver des arbres dans des pots dans un but esthétique, à l'ère de la dynastie des Han (-206 à 220). La codification des bonsaïs la plus connue en Occident est celle du Japon. Ils symbolisent l'éternité et l'harmonie entre l'homme et la nature. Ils étaient signe de grandeur pour les seigneurs de l'époque. Objets de luxe, ils évoquaient bien un nouvel état d'être dont le raffinement était poussé à l'extrême.

Le chêne Bonzaï du Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau
Le chêne Bonzaï du Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau

Cliquez la photo pour passer en plein écran

Les bonsaïs sont habituellement groupés en trois catégories, selon leur dimensions et le nombre de mains pour les transporter :

Mameou Shôhin : bonsaï à une main (jusqu'à 13 cm pour les Mame, et jusqu'à 23 cm pour les Shôhin),

Kotate-mochiou Komono : bonsaï à deux mains, de 15 à 60 cm, jusqu’à 30 cm, puis Chūmono jusqu’à 60 cm, est sans doute le plus répandu parmi les amateurs.

Ômono: bonsaï à quatre mains, de 60 cm à 1,20 m voire plus.

Le chêne Bonzaï du Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau
Le chêne Bonzaï du Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau

Cliquez la photo pour passer en plein écran

Les pseudo-bonsaïs que l’on voit dans la grande distribution à bas prix n'ont rien à voir avec l'art traditionnel chinois du fait de leur mode de production ! Ils présentent de grosses plaies souvent inaltérables et non cicatrisées dues à leur production en chaine par découpe du tronc et se ressemblent tous.


Le chêne Bonzaï du Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau
Le chêne Bonzaï du Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau

Sculpture érotique et androgyne de Dame Nature

Source : Wikipédia

mardi 23 juin 2015

Cet hêtre du Rocher Canon est-il un fau ?

Greg des blocs
Parmi tous les arbres remarquables de la forêt de Fontainebleau, j'avoue avoir un faible pour les hêtres tortueux du Rocher Canon dont les courbes des branches grises, et lichéneuses se fondent aux rondeurs minérales et moussues...

Dommage que l'hyper fréquentation du site entraîne le décapage des mousses et l’asphyxie des arbres dont les racines sont trop piétinées...

Ceux-ci ne sont d'ailleurs pas classés au titre des arbres remarquables de Bleau malgré leur esthétique exceptionnelle et unique qui n'est pas sans rappeler celles des Faux de Verzy.
Un Fau de Verzy n'est autre qu'un hêtre tortillard qui pousse en forêt de Verzy près de Reims en France. Génétiquement, il s'agit de la même famille  les Fagus sylvatica mais présentant probablement une anomalie génétique qui lui vaaux une dénommination sous la variante  tortuosa. A ce jour, sans protection, ces hêtres meurent du piétinnement. A Verzy où ils sont protégés, ont compte plus de 1000 sujets (voir aussi Wikipédia).

Hêtre tortueux du Rocher Canon, (C) 2015 Greg Clouzeau
Hêtre tortueux du Rocher Canon, (C) 2015 Greg Clouzeau


Hêtre tortueux du Rocher Canon, (C) 2015 Greg Clouzeau
Hêtre tortueux du Rocher Canon, (C) 2015 Greg Clouzeau







lundi 22 juin 2015

A l'impossible, nul n'est tenu

Greg des blocs
"A l'impossible, nul n'est tenu" ! 
Voilà un proverbe qui peut avoir deux sens légèrement différents…
"On ne peut obliger quelqu'un à faire ce qui lui est impossible" et "Ce qui est impossible ne peut être demandé à personne".

A Bleau, c'est le nom d'une redoutable dalle !

Allez savoir lequel trottait dans l'esprit de Jean Claude Droyer à l'ouverture de cette superbe dalle en 7A+ de la Roche aux Sabots ? Sans doute l'envie de relever ce défi posé par un mur aux prises plutôt petites à cette époque ! Jean Claude tire naturellement à droite pour sortir...

Une sortie que le tout jeune Marc Le Ménestrel s'attacha à réaliser ensuite tout droit pour une cotation de 7B et nommée l’épluche patate !

En tous cas, il va falloir maîtriser adhérences capricieuses, équilibres précaires, et grattons coupants pour tenter de s'élever sur ces traces historiques de l'escalade à Fontainebleau !




Olivier Pennel, A l'impossible, nul n'est tenu, 7A/A+, Roche aux Sabots, (C) 2015 Greg Clouzeau
Olivier Pennel, A l'impossible, nul n'est tenu, 7A/A+, Roche aux Sabots, (C) 2015 Greg Clouzeau

Pour la grande histoire, 

c'est à Saint Thomas d’Aquin (v. 1224-1274) qu'il faut remonter pour trouver les origines de ce proverb sous sa forme latine : Nullus tenetur ad impossibile (Nul n’est tenu à l’impossible).

Notez par ailleurs que la traduction littérale du proverbe en latin Ad impossibilia nemo tenetur est une formule juridique, difficile à dater, mais vraisemblablement plus ancienne. Elle garantit qu’aucune des parties liées par un contrat ne peut être obligée d’exécuter une prestation impossible.

Le même proverbe ailleurs :


Un imbécile peut demander plus que dix sages ne peuvent répondre. (Mongol)

On ne demande pas à un cheval de pondre un œuf. (Québécois)

Pour en savoir plus sur ce proverbe, lisez ceci

jeudi 18 juin 2015

Vous prendrez bien une p'tite poire ?

Greg des blocs
En tous cas, nous on ne s'en prive pas, ...surtout si on vient à bout de La poire, n°29 du circuit blanc ED- de Franchard Isatis qui deviendra beaucoup difficile en se l'interdisant ;-)


Gillaume dans la Poire, 6a, 29 blanc, Franchard Isatis, (C) 2012 Greg Clouzeau
Gillaume dans la Poire, 6a, 29 blanc, Franchard Isatis, (C) 2012 Greg Clouzeau

mercredi 17 juin 2015

S'engager...

Greg des blocs
On parle "d'engagement" en escalade pour évoquer  la force mentale nécessaire au dépassement de soi après une certaine hauteur de chute possible. Mais l'engagement, c'est aussi celui bien physique des "potes" qui se prépare à vous réceptionner en cas de chute...

Bruno s'engage dans le réta, 6b, Franchard Isatis, (C) 2015 Greg Clouzeau
Bruno s'engage dans le réta, 6b, Franchard Isatis, (C) 2015 Greg Clouzeau

mardi 16 juin 2015

Jouer le Styrax

Greg des blocs
Même si le Rocher Canon n'est pas le meilleur spot avec les premières chaleurs estivales du fait de la finesse du grain, j'ai pu y faire quelques belles photos d'escalade, notamment de ces inconnus dans le Styrax, un beau dévers se terminant dans une dalle tout en rondeurs... Proposée à 6A, la voie est en général estimée à 6B pour un départ debout et 7B assis. C'est le n°22 du circuit rouge ED- que j'avais retracé il y a une dizaine d'année. Bravo les gars... Si vous passez par mon site, faites moi signe.
Inconnu dans le Styrax, 6B, 22 rouge, Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau
Inconnu dans le Styrax, 6B, 22 rouge, Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau

lundi 15 juin 2015

Ma couleuvre a les yeux bleus !

Greg des blocs


Couleuvre d'Esculape, Zamenis longissimus, Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau
Voilà sans doute l'animal qui fait frémir la plupart des promeneurs : le serpent !
Rampant au sol et susceptible de se cacher dans les fougères et autres rochers, il n'est pas rare d'en croiser un ou plusieurs  lors des chaudes journées.


Parmi les curiosités du coin, citons la couleuvre d'Esculape qui atteint ici sa limite nord en France. Hier, au Rocher Canon, ce n'est pas une mais plusieurs d'entre elles que j'ai croisé, rassemblées en drôle de sacs de noeuds !



La Couleuvre d'Esculape, Zamenis longissimus, est donc un serpent de la famille des Colubridae qui peut atteindre assez facilement les 1 m 60 ! Mais pas de panique, elle ne mord pas et n'est pas venimeuse. Pour se défendre, elle peut émettre une odeur nauséabonde en vidant ses glandes cloacales. En revanche, si vous la taquinez, elle peut se montrer agressive...



Sa tête est fine et longue et son museau arrondi. Les écailles sont lisses et plates sauf les ventrales qui montrent une arête de chaque côté. Son cou est plus ou moins marqué. La pupille est ronde et moyenne et non saillante.  Les adultes sont en général assez uniformément beige-gris ou marron olivâtre, avec l'avant du corps souvent plus clair. Des parties dorsales peuvent être brunes, grisâtres, jaunâtres, ocre, brun, verdâtres.

Pami notre noeud de couleuvres, une a les yeux bleus ! Mais pourquoi donc ?




couleuvre d'esculape avant mue, (C) 2015 Greg Clouzeau





Couleuvre d'Esculape, Zamenis longissimus, avant mue Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau





Les yeux "bleutés" sont annonciateurs d'une mue proche (genre 5 ou 6 jours). C'est provoqué par le décollement de l'ancienne "peau" et la présence de liquide lymphatique entre l'ancienne et la nouvelle. Cela donne une coloration plus terne, voire blanchâtre selon l’espèce, et des yeux blancs. Dans quelques jours, les yeux retrouveront une coloration normale, car le liquide sera remplacé par de l'air, favorisant ainsi le décollement de l'ancienne peau (exuvie).



La couleuvre d'Esculape fréquente les milieux clairs et ensoleillés mais fuit l'extrême chaleur. Elle se rencontre dans les forêts ensoleillées, les lieux arides ensoleillés, les broussailles, les bords des champs et les vieux murs.  Elle se nourrit principalement de petits mammifères ou de lézards qu'elle étouffe par constriction. Elle grimpe dans les arbres et arbustes pour chasser les oisillons et manger les œufs. 



Couleuvre d'Esculape, Zamenis longissimus, Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau
Couleuvre d'Esculape, Zamenis longissimus, Rocher Canon, Fontainebleau, (C) 2015 Greg Clouzeau





Elle n'est pas farouche et approche les habitations, grimpe jusque dans certaines charpentes notamment par les gouttières.



Asclépios, le Dieu-médecin des Grecs anciens, (Esculape chez les Romain), portait dans sa main droite un bâton entouré d'un serpent (emblème des médecins et de la coupe d'Hygie pour les pharmaciens). On pense de nos jours qu'il s'agissait de cette grande couleuvre à la brillante livrée. C'est aussi, selon la tradition, certaines de ces couleuvres élevées par les Romains dans leurs temples qui, en s'échappant, auraient colonisées les territoires qu'ils avaient conquis.



C'est une espèce protégée en France.
Il est totalement interdit de la capturer, de la blesser
et a fortiori de la tuer.








 La couleuvre d'Esculape, Zamenis longissimus, est donc inscrite sur les Listes rouges des esèces menacées (voir sa fiche INPN)

Espèce évaluée sur Liste Rouge

Liste rouge des reptiles de France métropolitaine (2015) : LC (listé Zamenis longissimus)
Liste rouge européenne de l'UICN (évaluation 2009)  : LC (listé Zamenis longissimus)
Liste rouge mondiale de l'UICN (évaluation 2009)  : LC (listé Zamenis longissimus)

dimanche 14 juin 2015

J'm' en balance, je jette tout !

Greg des blocs
Quand les prises sont vraiment trop loin, il n'y pas le choix, il faut jeter !
A la fin du mouvement de jeté, une fois la prise saisie, il faut parfois maîtriser un second mouvement : le balancer du corps (ou balan) provoqué par l'élan et le décollage des deux pieds.

Un mouvement bien maîtrisé par Olivier Lebreton dans ce redoutable jeté en 7a+ du Rocher du guetteur malgré la pluie !

Olivier dans un jeté en 7a+, Rocher du Guetteur, Trois Pignons, (C) 2013 Greg Clouzeau
Olivier dans un jeté en 7a+, Rocher du Guetteur, Trois Pignons, (C) 2013 Greg Clouzeau
Cette image m'a valu un troisième prix sur un contest photo organisé par la page facebook Fontaineblove.

samedi 13 juin 2015

Sous le toit du chataigner

Greg des blocs
Il est des blocs pas trop difficiles et pourtant assez marquants.

Je pense que le rétablissement en haut du toit du châtaigner, sur le circuit rouge (n° 34 rouge, 5-) du Rocher du Potala/Vallée de la Mée dans les Trois Pignons est de ceux-là.

Steph' se rétabli dans le toit du châtaigner, Potala, Trois Pignons, (C) 2014 Greg Clouzeau
Steph' se rétabli dans le toit du châtaigner, Potala, Trois Pignons, (C) 2014 Greg Clouzeau

jeudi 11 juin 2015

Green climbing

Greg des blocs
C'est sans doute ça le "green climbing" !



Escalade au coeur de Fontainebleau
Escalade au coeur de Fontainebleau
Rocher Canon





















mercredi 10 juin 2015

Poster de Bleau

Greg des blocs
Allez, un petit nouveau en couleur...

Toujours en projet mais ça se précise !


Projet poster de Fontainebleau, Isatis, (C) 2015 Greg Clouzeau
Projet poster de Fontainebleau, Isatis, (C) 2015 Greg Clouzeau
Me contacter si ce poster vous intéresse

mardi 9 juin 2015

Quelle est cette bête ?

Greg des blocs
Petite visite aux nouveaux visages des circuits d'escalade du Drei Zinnen et me voilà face à face avec la beste ! Mais quelle est cette créNature ?

Nez à nez avec la beste, Drei Zinnen, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau

lundi 8 juin 2015

Le troène, le cétoine et le petit capricorne

Greg des blocs
Lorsqu'en marchant vous entendez un drôle de vrombissement, vous vous dites certainement : quelle est cette créature ? Amies ou ennemies ? Si par chance ce n'est ni frelon, ni une guêpe, alors c'est sans doute un gros coléoptère et les fleures blanches en attirent de nombreuses espèces.




En effet, le printemps et l'été offrent de nombreuses fleures blanches sauvages qui sont très prisées des insectes ! Citons, par exemple, les Aubépines, les chèvrefeuilles, les ombellifères, le sureau ou le troène commun dont les forêts de Fontainebleau et des Trois Pignons abritent quelques belles stations.


Le troène commun (Ligustrum vulgare) est un arbuste de la famille des Oléacées, à feuillage semi-caduc, aux fleurs blanches très odorantes qui donneront des baies noires toxiques. Son pollen peut être allergène. Parmi la cinquantaine d'espèces de troènes, celle du troène commun est la seule à pousser spontanément en Europe. 




Le troène commun est différent de celui, de plus en plus employé pour la constitution de haies (Ligustrum ovalifolium), qui est originaire du Japon.

Cetonia aurata
Si le troène commun est l'espèce-hôte du sphinx du troène (Sphinx ligustri), ses fleures accueillent de nombreux coléoptères et parmi elles, la Cétoine dorée, un insecte qui passe rarement inaperçu, tant ses coloris métalliques retiennent l'attention. Le vert métallisé des élytres de Cetonia aurata est très variable. Il va du bronze plus ou moins cuivré, au vert émeraude tirant sur le bleu.


Ce sont des coléoptères phytophages et xylophages, c'est à dire que leurs larves se nourrissent de bois alors que les adultes consomment le pollen. 

On peut aussi facilement observer le Petit Capricorne, (Cerambyx scopolii) ou Capricorne de Scopoli assez commun chez nous. 

On reconnait au premier coup d’œil un longicorne à ses antennes. Plus longues chez le mâle, chez le petit capricorne, elles mesurent environ deux fois la longueur du corps chez le mâle qui mesure de 17 à 28 mm. 

A la différence du Grand capricorne, le pronotum et les élytres sont granuleux d’aspect. Les bords des élytres sont pratiquement parallèles, et leur extrémité est arrondie.

 
Petit Capricorne, (Cerambyx scopolii), Drei Zinnen, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
Petit Capricorne, (Cerambyx scopolii), Drei Zinnen, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau


Petit Capricorne, (Cerambyx scopolii), Drei Zinnen, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
Petit Capricorne, (Cerambyx scopolii), Drei Zinnen, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau


mardi 2 juin 2015

Tête de bois

Greg des blocs
Mais qu'elle donc cette drôle de créNature qui se cache dans les bois ?

En tous cas, y'a pas de doute, la plus forte en Land Art, c'est Dame nature !


Souche, Trois Pignons, Fontainebleau (c) 2015 Greg Clouzeau
Souche, Trois Pignons, Fontainebleau (c) 2015 Greg Clouzeau



lundi 1 juin 2015

Atrésie by Christian

Greg des blocs
Toujours dans le tri de mes vieilles diapos. En voici une de Christian Roumégoux (paré par JH) dans le célèbre 8a d'Atrésie, un bloc ouvert par Pierre Gonzales à la fin des années 90 au Cuvier Rempart et devenu un hyper classic !

Mais au fait, c'est quoi donc une Atrésie ?

"Une atrésie (du grec : a- privatif et trêsis : trou) décrit généralement une malformation congénitale menant à une pathologie anatomique qui se caractérise par la fermeture complète ou non d'un orifice ou d'un conduit d'un organisme" selon wikipédia.

Christian Roumégoux dans Atrésie, 8A, 90's, (C) Greg Clouzeau
Christian Roumégoux dans Atrésie, 8A, 90's, (C) Greg Clouzeau