mercredi 13 avril 2016

Les fruits du bouleau aiment le vent. Allergiques, s'abstenir !

Grégoire Clouzeau
J'ai déjà évoqué dans les fiches espèces les bouleaux et notamment le blanc ou bouleau verruqueux, (betula verrucosa), arbre pionnier négligé en forêt de Fontainebleau tant il est commun. En mars-avril, l'arbre fleurit tandis que se déploient les premières feuilles. Cette floraison est très intéressante à observer. Elle forme deux type de chatons, l'un pendant, l'autre dressé !
Mais attention, le bouleau fait aussi partie des arbres anémophiles,c'est à dire “qui aiment le vent”, et va donc libérer un pollen très léger, facilement transporté par le moindre souffle d’air qui sera la source de nombreuses allérgies !


Les amis du vents


Observez cette photo. Les plus gros et les plus longs chatons sont des groupes de fleurs mâles.
Elles fournissent le pollen aux fleurs femelles, petits chatons dréssés au dessus des feuilles qui viennent de sortir.



Les fleurs du bouleau, Fontainebleau, (C) Greg Clouzeau
Les fleurs du bouleau, Fontainebleau,
(C) Greg Clouzeau
Ce pollen sera dispersé par le vent ce qui occasionne beaucoup de pertes que les plantes anémophiles compensent toujours en produisant d’énormes quantités de pollen.

Leur présence dans l’atmosphère est responsable de réactions allergiques, en général saisonnières, qui se manifestent par des rhinites, crises d’asthme ou conjonctivites chez près de 20 % de la population française.

C'est la météo qui joue un rôle déterminant dans le déclenchement de la pollinisation, la quantité de pollen produit et le transport des grains de pollen dans l’air que nous respirons. Du coup, il existe même des systèmes d'alerte et des applications pour suivre l'épisode et prévenir les allergiques (voir notre article sur la TL2B) !

Plus tard, chacune des fleurs deviendra un fruit sec et brun constitué par une graine minuscule munie de deux ailes. L'ensemble formera un chaton sec qui s'écaillera pour permettre au vent (encore) de faire voler ces graines par milliers parfois très loin... C'est bien grâce à ça que le bouleau est une espèce pionnière dans la colonisation de nouveau milieu.

Les bouleaux sont nos amis


A notre que si les bouleaux sont parmis les aménophiles les plus allergisants, c'est aussi une plante médicinale dont les feuilles sont antiseptiques et diurétiques. Elles soignent aussi la goutte et les rhumatismes et aident à dissoudre les calculs. En usage externe, elles soignent les maladies de la peau. Mieux, les bourgeons fournissent une huile cholérétique utilisée en cosmétologie, l'écorce a une action fébrifuge, et la sève permet de fabriquer du sirop et un vin puis un vinaigre, après fermentation. C'est aussi un bois qui brûle très bien et quelques morceaux d'écorces ou brindilles permettent d'allumer un feu même avec du bois humide.

Pour finir, sachez que le bouleau fut autrefois qualifié d'arbre de la sagesse. Et c'est sans doute parce qu'avec ses branches souples et légères, certains maîtres d'école corrigeaient leurs élèves...


Les fleurs du bouleau, Fontainebleau, (C) Greg Clouzeau
Les fleurs du bouleau, Fontainebleau,
(C) Greg Clouzeau