mardi 2 mai 2017

La Halias du hêtre vole aussi autour des bouleaux des Trois Pignons

Un jolie papillon de nuit vert

Halias du hêtre (Pseudoips prasinana), Fontainebleau
En cette fin de Printemps, après le ramassage modéré des jonquilles, jacinthes des bois et autre ail des ours, vous avez peut être été à la recherche du muguet. C'est justement sur une feuille de cette plante que j'ai pu photographier ma première Halias du hêtre (Pseudoips prasinana ou Pseudoips prasinanus), une espèce de lépidoptère nocturne dont le camouflage vert est aussi efficace que celui du citron.

La halias du hêtre est donc un papillon de nuit dont la couleur verte, parfois avec des nuances de rose facilite l'identification car ils sont peu nombreux. Il est en revanche semble t'il plus difficile de le classer ! En effet, classées à l’origine parmi les tordeuses (Tortricidae), ensuite placées au sein des Noctuelles (Noctuidae), les Halias (Chloephorinae) ont été récemment transférées parmi les Nolides (Nolidae), elles-même naguère considérées comme une sous-famille, soit des Noctuidae, soit des Arctiidae.

Ce petit papillon d'environ 3 cm se cache le jour sous une feuille, les ailes repliées en triangle. Ses ailes antérieures possèdent 2 à 3 lignes blanches, pouvant être bordées de vert foncé ou parfois de rose. La frange peut être blanche ou rosée. Les antennes sont rose-orangées. Les pattes sont blanchâtres à teinte rosée. Enfin, quelques touffes blanches parachèvent sa coiffe. Elle peut se confondre avec la Halias du chêne (Bena bicolorana) dont les antennes, les fines rayures non bordées de vert foncé, la marge et les pattes sont blanches.

Halias du hêtre (Pseudoips prasinana), Fontainebleau
Halias du hêtre (Pseudoips prasinana), Fontainebleau


Bien que très commun en France (sauf la Corse), je n'avais jamais pu le photographier de jour à Fontainebleau. Pourtant il affectionne les forêts mixtes (hêtres, chênes, bouleaux) jusqu’à 1000m de la Scandinavie au Japon et au bassin méditerranéen...

Il y a 2 générations entre mai et juillet puis en août donc celui rencontré ce 1er mai n'est pas en retard !

La chenille peut atteindre 35mm de long. Son corps est épais, effilé à l’arrière. Le tégument est vert, avec des points et des dessins blanc jaunâtre. Elle possède une paire de lignes latéro-dorsales bien marquées, de couleur blanc jaunâtre. Assez allongées, les fausses-pattes anales sont rayées de rouge. La tête est vert clair. Les œufs sont pondus isolément sur les feuilles et éclosent au bout d’environ 1 semaine. Les chenilles sont assez indolentes et on les trouve souvent au repos, sous les feuilles. Elles parviennent à leur taille maximale en septembre-octobre puis forme des cocons bruns, résistants et parcheminés sous les feuilles, dans l’écorce ou à terre, dans la litière. Les chrysalides hivernent ensuite et l’émergence a lieu en mai-juin.

Halias du hêtre (Pseudoips prasinana), Fontainebleau
Halias du hêtre (Pseudoips prasinana), Fontainebleau




Sources :
http://www.insecte.org/
Guide des papillons nocturnes de France, Les guides du naturaliste.

Greg CLOUZEAU

Auteur & Photographe

Passionné de nature et de sport, je participe à la rédaction de plusieurs magazines et portails d'information

Engagé dans la préservation des sites naturels, je partage ici certaines mes connaissances sur le Pays de Fontainebleau en les illustrant de mes observations photographiques.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire