La mare du bouledogue m'a tapé dans l'oeil

Mare du Bouledogue, Forêt de Fontainebleau, hiver 2018
Mare du Bouledogue, Forêt de Fontainebleau, hiver 2018
 
Comme nous, chaque mare de la forêt possède son caractère et une physionomie particulière à même de nous séduire. Pour celle dite du "Bouledogue", c'est la couleur de son œil qui m'a d'abord attiré. En photographe opportuniste et de passage, je ne retourne que très rarement sur les lieux de mes prises de vues pour tenter de combiner un meilleur cadrage, une meilleure lumière, etc.
Heureusement, parfois, on a de la chance !
 
Sinon, la Mare du Bouledogue fait parti d'un ensemble de plusieurs mares, plus ou moins visibles car cernées de larges plages de molinie en touradons et bordée une lande tourbeuse à bruyère (Erica tetralix) et callune. Autant dire qu'elle est caractéristique des mares de tourbière du Massif de Fontainebleau (voir ma page sur les mares).
 
Mare du Bouledogue, Forêt de Fontainebleau, hiver 2018
Mare du Bouledogue, Forêt de Fontainebleau, hiver 2018


Située en forêt domaniale de Fontainebleau à la limite des Trois Pignons, dans la zone la plus occidentale de la platière des Couleuvreux, elle se prolonge sur une zone très fragile et protégée qui abrite une des rares stations de sphaigne de Magellan (Sphagnum magellanicum), une mousse des tourbières, caractérisée par sa couleur rougeâtre et ses grandes feuilles. La mare est aussi fortement colonisée par les joncs (Juncus effusus).

Commentaires