dimanche 31 décembre 2017

Mémoire dans la pierre

J'ai déjà évoqué longuement l'importance des gravures rupestres préhistoriques de la Forêt de Fontainebleau et des Trois Pignons dans ce blog et sur la TL²B. Plus exactement, j'ai évoqué leur existence, publié quelques informations sur les très rares peintures rupestres de Fontainebleau, longuement épilogué sur la difficulté de préserver ces trésors archéologiques des imbécilités mais jamais je ne vous ai présenté des images des plus rares comme la Déesse Mère visible dans les Trois Pignons. Et pourtant quelle mystérieuse Dame que celle-ci. Profitant donc des conditions exécrables de ces derniers jours de l'année 2017, je suis allé lui rendre visite ainsi qu'à quelques grottes cachées dans notre belle forêt.
 
Je ne vais pas réécrire ici l'histoire de ces gravures. Je leur ai déjà consacré une page et vous pouvez y trouver un lien vers le guide d'initiation à l'art rupestre de Fontainebleau. Mais rappelons quand même quelques éléments pour vous situer dans le temps.
 
Les périodes qui vont nous intéresser le plus pour les gravures rupestres de Fontainebleau sont le Mésolithique et le Néolithique. Les derniers chasseurs, pêcheurs, cueilleurs nomades vivent au Mésolithique (de 9 500 à 5 100 avant J.-C.).  A partir de 10 000 avant J.-C., un réchauffement climatique (Holocène) s’opère, les forêts se développent à la place des steppes herbacées (les bouleaux puis les pins, noisetiers, ormes, chênes colonisent les plaines) et des espèces non grégaires comme les cerfs, les chevreuils et les sangliers prolifèrent. Ces changements environnementaux coïncident avec une mutation dans les techniques de chasse. On voit notamment une intensification de l'utilisation de l'arc, bien adapté à une végétation plus dense. Cette technique de chasse, apparue vraisemblablement il y a 12 000 ans, a nécessité la confection d'armatures microlithiques, caractéristiques des industries mésolithiques.
 
Le Néolithique (de 5 100 à 2 300 avant J.-C.) marque l'entrée de la Protohistoire qui est une période de très grands changements pour l’histoire des hommes : l’agriculture, l’élevage, la poterie, le tissage et le polissage de la pierre apparaissent avec les premiers villages sédentaires. A cette époque, l'homme se fixe progressivement en périphérie de la forêt de Fontainebleau et des Trois Pignons. S'il vivent en périphérie de la forêt pour profiter des rivières, les hommes ont certainement été impressionnés par les chaos rocheux que nous connaissons !
 
Profonds sillons dans le grès de Fontainebleau, mésolithique, Trois Pignons
En Europe, on connaît actuellement trois grands sites mésolithiques. Les premiers se situent au Nord, en Scandinavie où les populations qui vivaient dans les actuels Danemark, Suède, Norvège, pays Baltes et Russie ont laissé, dans des abris sous roche, des peintures et gravures rupestres, illustrant principalement des scènes de guerre, de chasse et de cueillette.
Au Sud, la deuxième zone riche en vestiges du mésolithique se situe en Espagne, où l’on parle d’« art rupestre du Levant », car situé du côté du Bassin méditerranéen et des Pyrénées. Ils recèlent de nombreuses peintures représentant des personnages stylisés ainsi que des scènes de chasse, danse, lutte et travaux agricoles. Mais des céramiques qui semblent dater de 4 000 ans av. J.-C. peuvent laisser à penser que ces sites font partie du néolithique. Un débat agite actuellement archéologues et préhistoriens à ce sujet.


Grotte aux gravures des Grands Avaux (Essonne)
Grotte aux gravures des Grands Avaux (Essonne)
 
 
Enfin, en France, l’art mésolithique est présent dans le sud de l’Île-de-France, ainsi que dans le massif gréseux du Tardenois, dans la région de Château-Thierry (Aisne). A Fontainebleau, ou plus de 1500 cavités rocheuses abritent des gravures rupestres ce qui en fait le second site après celui de la vallée des Merveilles et du mont Bégo (Alpes-Maritimes) qui, lui, date du néolithique/âge du bronze.

Mais à Bleau, à priori, rien de spectaculaire...sauf à s'attarder longuement et à prospecter l'ensemble des grottes gravées. En effet, vos premières rencontre avec cet art rupestre se limitera sans doute à une profusion de traits plus ou moins nombreux et profonds. Un art très répétitif.  « Il s’agit principalement de rainurages en forme de grilles, de quadrillages évoquant des tablettes de chocolat ou des grilles de prison, bref d’un art rupestre à base de lignes droites, non figuratif, répétitif, codifié que, faute d’éléments indicateurs, on ne peut dater que d’après le style, en l’occurrence celui de l’époque mésolithique m'expliquait un jour Alain Bénard, chercheur et président du GERSAR. D'après lui, l’artiste de l’époque ne pouvait tracer que des lignes droites pour des raisons techniques : il ne possédait que des lames en grès – appelées gravoirs –, plus rarement en silex, à peine plus solide que le grès qu’il entaillait. Il pouvait néanmoins profiter des courbures de la paroi et créer, des formes à trois dimensions.
 

Grotte Vuibert, Trois Pignons, Fontainebleau
 
Grotte Vuibert, Trois Pignons, Fontainebleau
 
 
 
 
 
 
 
 
Toutefois, certains hommes se sont risqués à graver d'autres représentations dans la pierre. Ici, une cavité abrite un cheval de l’époque paléolithique (entre – 15 000 et – 12 000)  tandis que d'autres cachent de rares représentations de cervidés.
 
Cervidé gravé, Grotte Thaurant, Trois Pignons

Cheval gravé, Trois Pignons, Classé Monument Historique
Cheval gravé, Trois Pignons, Classé Monument Historique

Là, superposés aux quadrillages typiques du mésolithique, surgissent un cavalier tracé à l’époque médiévale, ainsi qu’une « triple enceinte », trois carrés encastrés à l’instar de poupées russes, symbole chrétien du XIIe au XIVe siècle. On peut aussi observer de rares figures anthropomorphes, bras écartés, parfois dotés de trois doigts à chaque main. « Cette tridactylie pourrait être un marqueur culturel du VIIIe millénaire », avance prudemment Alain Bénard.
 
Hominidé tridactyle, Trois Pignons, Fontainebleau
Ces abris ornés n’étaient pas habités, mais étaient cachés et servaient probablement de lieux de rites ou de culte. Découvrant ces parois abritées, des humains s’y sont faufilés et y ont dessiné des gravures dans les parties les plus tendres mais aussi les plus fragiles de la roche. C'est d'ailleurs la pérennité de ces cultes païens  qui conduisirent bien plus tard les chrétiens à sanctifier bon nombre de ces sites en les affublant de nom de Saint et de multiples croix.
 
Gravures rupestres des Trois Pignons, Fontainebleau, Grotte Thaurant
Donc parmi la profusion de gravures, répétées jusqu'à la banalisation, je reste fasciné par la Déesse Mère ! Un vocable moderne qui fait référence à divers cultes qui auraient été rendus à une « mère universelle » du paléolithique. Un culte primitif de la fertilité qui aurait été universellement partagé et, dans lequel la représentation de la femme tenait une grande place et revêtait une dimension sacrée traduisant par une vénération pour la Terre. Certes les rotondités gréseuses de notre belle forêt offrent un large éventail de vénus callipyges aux grimpeurs qui prennent un plaisir certain à les caresser. Mais c'est dans la roche gravée, au milieu des quadrillages, sillons, marelles, séries parallèles, cupules, et autres rouelles que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs sont venus là il y a plus de 5000 ans pour graver, au sommet d'un pignon, caché dans une niche à presque deux mètres du sol, la Déesse Mère.
 
La Déesse Mère des Trois Pignons, Grotte Vuibert
 
La Déesse Mère des Trois Pignons, Grotte Vuibert
 
 
Elle n'apparaît pas tout de suite à celles et ceux qui trouvent sa cachette et sa schématisation restera sans doute bien mystérieuse aux profanes. Et pourtant, elle présente un visage bien connu. Celui de la Dame de Saint Sernin sur Rance, l'une des 120 statues menhirs de la Méditerranée.
 
Et comme si cette étrange ressemblance ne suffisait pas, Jean-Louis Albert, spécialiste de l'Afrique, rapportait dans ses carnets de voyage, des photographies de gravures rupestres très anciennes faites au Gabon dans les sites du Parc National de La LOPÉ (ville de Ayem) ou de Kaya-Kaya, près de Franceville dont celle-ci. Surprenant non ?
 
Déesse gravée au Gabon, photo de Jean Louis Albert
 
 
Bref, il y a dans notre forêt 1000, 1500 ou 2000 géodes gravées.  Mais ornés de quoi ? Que signifie cette profusion de signes ? Et quel besoin a encore l'homme moderne, celui du XXIe siècle, après ses ancêtres du XXe, du XIXe et jusqu'à -10 000 ans, de graver dans la roche un signe, son nom, une date... ?
 
Les graveurs projetaient-ils leur propre existence dans la gravure de ces géodes ? Cette gravure par usure de la pierre, par  érosion, n'est-elle pas un acte symbolique de dématérialisation ? Car finalement, par ces droites et autres signes, l'être humain a marqué, signé, identifié son existence en s'appropriant l’espace. Si les raisons des gravures rupestres de Fontainebleau ne sont pas expliquées par les archéologues, elles démontrent peut être une chose : à la fin du mésolithique, l’art pariétal jusque là figuratif a évolué vers l’abstraction, prémices d'une écriture à venir…
 
Détérioration des gravures préhistoriques d'un auvent
mai 2018, Trois Pignons
Mais ne vous méprenez pas, gravé dans la pierre, votre nom, dans trois ou cinq mille ans, n'aura sans aucun doute plus aucune signification pour les lecteurs futurs. En tous cas, pas plus que ces traits ancestraux aujourd'hui bien mystérieux !

Alors, s'il vous plait, observez ces gravures préhistoriques avec respect et n'y ajoutez pas votre épitaphe.

 
 


Pour en savoir encore plus :

- offrez-vous le très beau livre illustré de photographies noir et blanc d’Emmanuel Breteau
Mémoire rupestre. Les roches gravées du massif de Fontainebleau, Éditions Xavier Barral, 140 p.
- visitez le Musée départemental de la préhistoire d’Île-de-France à Nemours (Seine-et-Marne), 
- lisez Symboles et mystères. L’art rupestre du sud de l’Île-de-France, Éditions Errance, 2014.
 
Jetez un œil au site des fouilles des tombes d'Auneau au sud-ouest de notre Pays de Fontainebleau et à ce dossier de Futura Sciences et laissez-vous guider par cette vidéo sur les gravures de Fontainebleau

dimanche 17 décembre 2017

Igor Bogdanoff randonne toujours dans les Bretelles

Les Bretelles, au Bas Cuvier, sont sans aucun doute une des grandes classiques du circuit rouge ! Une voie à convention (comme souvent) qui remonte un angle arrondi dont les prises ne cessent d'évoluer et pas toujours dans le bon sens. Mais c'est toujours avec plaisir que nous essayons les différentes méthodes et astuces. Et même pour les connaisseurs de ce numéro 14, ce 6B reste un excellent test de forme du jour...N'est-ce pas Igor !

Igor Bogdanoff dans les Bretelles, 6B, Bas Cuvier, Fontainebleau
Igor Bogdanoff dans les Bretelles, 6B, Bas Cuvier, Fontainebleau
 
Igor Bogdanoff dans les Bretelles, 6B, Bas Cuvier, Fontainebleau
Igor Bogdanoff dans les Bretelles, 6B, Bas Cuvier, Fontainebleau
 

mardi 12 décembre 2017

Jet Set à la Roche aux Sabots

Un petit tour rapide de mes images de la Roche aux sabots sur ce blog et je m'aperçois que je n'ai rien publié sur le plus célèbre jeté du coin : Jet Set ! Ce jeu éliminant coincé entre la fissure du n°27 rouge et l'angle du n°28 rouge, ouvert sans doute par Gilles Cottray en mars 1985 est sans conteste l'un des 7A les plus essayés du secteur, voir de la forêt. Du coup, les prise de départ sont dans un état de polissage très avancé...
Un jeu idéal avec les conditions hivernales quand il ne pleut pas !
David apprend à voler dans Jet Set, 7A, Roche aux Sabots
David apprend à voler dans Jet Set, 7A, Roche aux Sabots

jeudi 7 décembre 2017

Galerie de portraits de CréNatures de Fontainebleau

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai parcouru cet automne le sentier bleu numéro 11 qui traverse notamment le site du Long Rocher près de Bourron Marlotte.
Un secteur où je n'avais pas mis les pieds depuis bien trop longtemps. Du coup, comme à mon habitude, traînant à l'arrière de notre petite troupe qui bien souvent me "maudit" pour le temps perdu en photographie, j'ai tiré le portrait de diverses CréNatures, couvertes de mousses et de lichens, endormis pour l'hiver à venir.
En voici donc une petite sélection...les autres suivront bientôt.
Le Bicolore
 
La bouche en vague
 
E.T sous son drap
 
Le très grand nez
 
Figue de proue
 
Grincheux
 
L'œil ouvert
 
Tapis sous la mousse
 
L'œil charbonneux
 

l'aileron du mangeur de bouleau
 
Le sycophante tire la langue
 
Le petit Moï
 

mardi 5 décembre 2017

Le rougeaud aux yeux bleus

Le rougeaud aux yeux bleux, sentier n°11, Fontainebleau
Le rougeaud aux yeux bleux, sentier n°11, Fontainebleau
Juste une petite image de notre forêt pour m'excuser de ne pouvoir partager d'avantage de photographies avec vous en ce moment.
Trop de travail, trop de contraintes techniques.
A très vite j'espère.

jeudi 23 novembre 2017

Fantômas se cache au Restant du long Rocher

Vous connaissez bien entendu Fantômas, personnage de roman de fiction français créé en 1910-1911 par Pierre Souvestre et Marcel Allain et devenu, pour nos générations, un personnage emblématique après l'adaptation comique très libre interprétée par Jean Marais et Louis de Funès durant les années 1960. Ce Fantômas au masque bleuâtre a aujourd'hui  éclipsé l'originale dans la mémoire collective.

Si on a pu voir Fantômas chevaucher sur les platières de notre forêt de Fontainebleau en partant de sous le rocher de l'Eléphant (dans Fantômas contre Scotaland - Yard, 1967), il se cache aujourd'hui sur un magnifique bloc dont la couleur va du bleu au noir sur le sentier numéro 11 au Restant du Long Rocher. 

Fantomas au Restant du Long Rocher, Fontainebleau
Fantomas au Restant du Long Rocher, Fontainebleau

mercredi 15 novembre 2017

Le monstre derrière l'arbre

Un peu plus loin, chemin faisant, un inquiétant profil surgit derrière l'arbre au détour du sentier bleu non loin du Mont Ussy. Une drôle de CréNature sylvicole.

mardi 14 novembre 2017

L'eusses-tu cru ?

L'eusses-tu cru que c'est encore sur le sentier bleu Denecourt numéro 1 au Mont Ussy que j'ai rencontré ce célèbre personnage publicitaire....

lundi 13 novembre 2017

samedi 4 novembre 2017

Et même Sous Vent au Mont Ussy

Après Par Foi (voir hier), voici Sous Vent, le numéro 7 rouge du Mont Ussy, une très belle voie qui vaut 6A en départ assis et 5B debout.

Laurent Bardiau dans Sous Vent, 6A, Mont Ussy, Fontainebleau
Laurent Bardiau dans Sous Vent, 6A, Mont Ussy, Fontainebleau

vendredi 3 novembre 2017

On va Par Foi au Mont Ussy !

Durant les vacances de la Toussaints, il y a souvent foule dans les secteurs les plus classiques de la forêt de Fontainebleau. Du coup, c'est l'occasion de (re)visiter certains spots des années 90 un peu délaissés aujourd'hui bien qu'offrant de très nombreuses possibilités y compris dans le haut niveau. C'est le cas du Mont Ussy, un petit secteur de la Vallée de la Chambre traversé par le sentier bleu n°1, situé derrière le cimetière de la ville et accessible depuis la gare en 20 minutes pour celles et ceux qui ne sont pas véhiculés.
 
Au programme : un vieux circuit orange AD+, un circuit bleu virtuel (le balisage ayant été interdit par l'ONF) de 38 numéros qu'il faut souvent brosser et un rouge ED- de 33 numéros dont les bis font monter la cotation à ED+. Beaucoup de très belles traversées, des trous en veux-tu en voilà mais aussi des dévers parfois assez hauts comme ceux de la Grotte des Montussyennes.
L'ensemble des voies du circuit rouge tracées et ouvertes notamment par Gilles Cottray et François Louvel ont été baptisées par des jeux de mots faisant référence à d'autres voies parfois célèbres de la forêt.
 
Ainsi, sur le petit surplomb à trous situé juste derrière la Grotte, à gauche, où se trouvent les numéros 7 à 9 bis du circuit rouge, vous trouverez par exemple la traversée nommée "Le bi Est-ce le mou" en 7a par le bas.
Par Foi est la voie numéro 8. Il s'agit d'un départ assis qui remonte en diagonale vers la droite et sort au-dessus d'un cailloux peu accueillant. Un bon gros 6B même en utilisant le petit bi-doigts de gauche comme Laurent.
 
Laurent Bardiau dans Par Foi, 6B, Mont Ussy, Fontainebleau
 
Laurent Bardiau dans Par Foi, 6B, Mont Ussy, Fontainebleau
 
Laurent Bardiau dans Par Foi, 6B, Mont Ussy, Fontainebleau

 
Laurent Bardiau dans Par Foi, 6B, Mont Ussy, Fontainebleau

 
Laurent Bardiau dans Par Foi, 6B, Mont Ussy, Fontainebleau
 
Laurent Bardiau dans Par Foi, 6B, Mont Ussy, Fontainebleau
 
  

vendredi 20 octobre 2017

Nouveaux calendriers pour les amateurs de Fontainebleau

Il y a deux ans, un peu à la dernière minute, je vous proposais mes premiers calendriers sur la forêt de Fontainebleau. Une expérience que je ne pensais pas renouveler mais qui a quand même rencontré un modeste succès chez les fans de Bleau.

Du coup, si vous avez acheté l'un des deux modèles en 2016 ou 2017, vous aviez peut être envie de voir de nouveaux modèles !

Ce sera bientôt le cas, il sont en cours d'impression et de livraison dans les enseignes partenaires de mon éditeur.

Cette année donc, je mets en vente un calendrier de Paysages de Fontainebleau (à visionner ici) et un calendrier du (grimpeur) bleausard.

Le nouveau Calendrier du Bleausard est disponible dans les format A4 et A3 et il est cette fois de format vertical (portrait). Edité avec Calvendo, il est déjà référencé chez Sodis (le distributeur des librairies) et en pré-commande sur Amazon.

Format A4 à 19,95€ ou Format A3 à 29 €



Le calendrier des Paysages de Fontainebleau
Retrouvez tous mes produits chez Calvendo en visitant ma page d'auteur

Les anciens modèles, Mousses et lichens et Le Bleausard restent disponibles pour la dernière année.

J'en profite également pour vous rappeler que le cahier de 12 posters en noir et blanc Premières nuances de grès est lui aussi toujours disponible à la vente même si mon éditeur semble vouloir arrêter la production de ce type de produit.
Non datés, les posters peuvent être utilisés séparément pour décorer un lieu et être mis sous cadre. Un cadeau idéal pour Noël !


Mousses et lichens de Fontainebleau
Le Bleausard
Fontainebleau 1ères nuances de grès