mardi 16 juillet 2019

Le sphinx du Tilleul, le roi du camouflage


Dans la famille des lépidoptères, les Sphingidae (sphinx) jouent parfois les "m'as-tu vu" en affichant des couleurs éclatantes comme par exemple le rose du sphinx de la vigne. A l'inverse le Mimas tiliae ou Sphinx du tilleul sait se fondre dans le décor. Cette semaine j'ai eu la chance d'assister à l'émergence d'un d'entre eux.

Le Sphinx du tilleul, comme la plupart des sphinx, est essentiellement nocturne. En France, on compte une bonne vingtaine d'espèces de sphinx dont certains assez gros comme celui-ci qui affiche une envergure moyenne de 6 cm. Vous aurez sans doute la chance de le croiser car il est très commun y compris en ville. Forcément, puisque son arbre hôte est très largement utilisée comme essence d'ornement le long des routes et des places et autres espaces publiques. Si celui-ci est sorti à la mi-juillet, il n'y a en général, qu'une génération annuelle volant entre Mai et Juin. Mais une seconde génération peut émerger à l'automne dans les régions les plus chaudes.


Le roi du camouflage militaire


La livrée du Sphinx du tilleul est susceptible de varier selon les individus mais la teinte générale se situe le plus souvent dans la gamme des verts et des bruns avec parfois une tendance au rosé-rougeâtre. Les femelles sont souvent plus claires.



Son camouflage par mimétisme des couleurs et des formes lui permet de se dissimuler de ses prédateurs. On parle d'homochromie (ou coloration cryptique) et du caractère disruptif de ses formes et ornementations graphiques. Notez que ce pacifique papillon nocturne et doux comme du velours affiche une très classique "tenue de combat" que ne renierait pas bon nombre de militaires en tous genres qui usent exactement des mêmes principes, ce que les anglo-saxons traduisent par "Disruptive Pattern Material". C'est sans aucun doute un moyen pour avoir plus de chance de se reproduire en échappant à ses prédateurs durant sa très courte vie. Sa durée de vie est d'autant plus brève qu'il ne peut s'alimenter du fait de l'atrophie de sa trompe. Sa seule raison d'être étant donc de perpétuer  son espèce. L'expérience montre qu'une femelle née au cours de l'après-midi (fréquente période d'émergence chez les Sphinx) est le plus souvent fécondée le soir même, l'accouplement pouvant se prolonger des heures durant, voire toute la nuit ... mais ce n'est pas exceptionnel chez les papillons nocturnes ! 

Emergence d'un Sphinx du tilleul à 17h10
Emergence d'un Sphinx du tilleul à 17h10


A 17h40, les ailes du sphinx du tilleul sont déjà beaucoup plus étendues
A 17h40, les ailes du sphinx du tilleul sont déjà beaucoup plus étendues
Elles seront totalement ouvertes et déployées à 19h40.




Les œufs sont pondus au revers des feuilles de l'arbre nourricier (le tilleul mais à l'occasion aulne, orme voire bouleau ou même le chêne). La durée d'incubation est de l'ordre de 2 à 3 semaines avant la naissance des chenilles particulièrement longues par rapport à la taille des œufs. A terme la chenille de Mimas tiliae peut atteindre les 6 cm ! Comme toutes celles des sphinx, elle n'est pas poilue et porte une corne.  Etrangement, la chenille qui est d'un superbe vert tilleul printanier va changer de couleur pour un brun sombre, prélude à sa nymphose, moment où elle quitte l'arbre nourricier. En principe elle emprunte la voie normale et désescalade le tronc, mais il n'est pas rare qu'elles se laissent tomber avant de s'enterrer à faible profondeur. Comme chez tous les Sphingidae la chrysalide est sans cocon.  On trouve parfois ces chrysalides sous quelques millimètres de mousses. Si elle est vivante et pleine, elle bouge ! Elle possède un apex épineux permettant l'amarrage de la chrysalide ce qui facilitera l'émergence du papillon.

Chrysalide de sphynx
Chrysalide de sphynx



A l'heure où bon nombre de papillons disparaissent, Mimas tiliae, "Sphinx des villes", se porte plutôt bien alors que ses cousins "des champs" à l'image du célèbre Sphinx tête de mort (Acherontia atropos), le plus grand de nos Sphinx, sont en très nette régression ! La faute sans doute aux biocides en tous genres et à l'abandon de certaines cultures à commencer par les pommes de terre !

lundi 15 juillet 2019

La proue de la passion de la Cuisinière

Il y avait bien longtemps que je n'avais pas mis les pieds à Franchard Cuisinière où plusieurs circuits ont été re-balisés ces derniers temps (un nouveau jaune, un nouvel orange, un rouge totalement revu et le parcours montagne…) Hier, profitant d'un bon vent frais, nous nous sommes rendus sur quelques blocs sympathiques dont cette magnifique proue à consommer sans modération comme un beau fruit d'été.


Excès de Proue de la passion, Franchard Cuisinière




Cette Proue de la passion se trouve sur le bloc des n°41 et 42 blanc (et nouveau 42 rouge) et se parcoure de diverses manières :
- 5C en départ debout depuis le n°41 blanc
- 6C en départ assis sous le n°41 blanc
- 6C+ en départ assis à droite et sortie dans le n°41 blanc
et devient Passion et vertu, en traversée (droite-gauche) prolongée jusque dans le n°42 blanc, une vieille ouverture de l'ami Jean Pierre Bouvier (qui vient de prendre sa retraite de BE !)






Xav et Ivan dégustent les proues de la passion à Franchard Cuisinière
Xav et Ivan dégustent les fruits de leur passion à Franchard Cuisinière






vendredi 12 juillet 2019

Les justiciers des mers une nouveauté des Trois Pignons

C'est l'été et je grimpe de moins en moins souvent. En fait, je crois que j'ai carrément lâché l'affaire ! Mais quand les copains vous invitent à visiter un secteur inconnu des Trois Pignons, cela ne se refuse pas. Parmi les très belles découvertes, il y a cet énorme bloc échoué dans un océan mousse de verdure qui, vu de loin, semble offrir des possibilités extraordinaires. Une fois à pied d'œuvre, c'est autre chose…
Il y aurait bien une gigantesque traversée à plus de 4 mètres du sol sur plats très fuyants mais bon, il fait chaud et c'est très dur. Mon regard imagine une ligne puis se perd sur un mur à grattons... improbable. Je lorgne sous un toit mais le départ assis n'offre hélas pas assez de prises pour justifier un essai. Reste donc ce gros dévers et sa proue où l'ami Tony ouvrira Les justiciers des mers, une directe en 7B/C dont on peut heureusement s'échapper sur la gauche pour un solide 6C+/7A













Un combat lumineux pour toute la troupe !

mercredi 3 juillet 2019

Bleau-zone never stop exploring

Never stop exploring pourrait tout aussi bien être la devise des bleausards ! La Bleau-Zone ne cesse de grandir.
Nouveaux passages, nouveaux blocs, nouveaux secteurs…
Nouvelle Bleau-Zone







jeudi 13 juin 2019

Antre potes dans le Toit d'Agrospace

Le nom de ce bloc ne vous dira probablement rien et c'est normal car c'est une des très nombreuses nouveautés brossées par notre ami Tony. C'est lors d'une de ces très belles séances entre copains d'hier et d'aujourd'hui, Antre potes et sans compétition que nous nous sommes retrouvés sous ce toit pour y ouvrir Agrospace  et ses variantes en traversées. L'occasion pour moi de faire quelques images dans une lumière très dure en début d'après midi et dorée le soir. C'est dans les Trois Pignons à quelques mètres de circuits dont j'ai parlé il n'y pas si longtemps mais je ne vous en dis pas plus sur la localisation pour le moment car d'autres voies sont en gestation. N'hésitez pas d'ailleurs à suivre les ouvertures de Tony sur Instagram @bleautony.
Agrospace démarre assis au fond (avec ou sans le socle) et remonte la grosse écaille pour une sortie directe pas si simple dans le 6B+/C ! Je commence la série d'image avec Laurent alias Patator qui avait sorti pour l'occasion un vieux Tshirt NoGrad Challenge. Dans la série vintage, le Tshirt Béal universal language de Monsieur Roche n'est pas mal non plus. Je termine ce point mode avec Tony et ses grandes guiboles.
Rappel : N'hésitez pas à cliquer sur une image pour basculer l'affichage en plein écran