La photothèque de Fontainebleau

Escalade & sport nature

Vive le grès !

C'est sur les rochers et dans le sable de Fontainebleau que pour moi l'aventure a commencé. Aujourd'hui je partage mes photographies d'escalade et vous y êtes peut être En ce cas, n'hésitez pas à me contacter

Vibrez
La photothèque de Fontainebleau

Paysages

Une variété de milieux extrordinaires

Les paysages de Fontainebleau sont d'une richesse incroyable ! Ici, une plage de sable, là un chaos rocheux, entre les deux, une pinède, une vieille futaie de chênes ou une hêtraie cachant une belle mare

Admirez
La photothèque de Fontainebleau

Nature

Faune, flore, etc.

La richesse de Fontainebleau est extraordinaire. Son implantation géographique la place sous diverses influences climatiques permettant à de nombreuses espèces d'y survivre

Explorez
La photothèque de Fontainebleau

Insolite & fabuleux

Des trésors historiques

Le Pays de Fontainebleau abrite des milliers de témoignages d'une des plus riches histoires d'Europe à commencer par les trés mystérieuses gravures rupestres Préhistoriques

Découvrez

Du sable, des arbres, des rochers, des histoires et une même passion FontaineBleau

  • Bienvenue sur mon blog photographique consacré entièrement au Pays de Fontainebleau et sa forêt. Dans la barre de menu, vous trouverez quelques pages de présentation et une sélection d’articles sur quelques-uns des trésors bleausards que je souhaite vous faire découvrir.
    Pour faciliter le tris des articles, ils s'accompagnent de nombreux mots clés. Les grimpeurs peuvent ainsi trouver facilement des blocs par leur cotation, les secteurs, les circuits ou le nom des grimpeurs photographiés.
    Je vous invite aussi à découvrir mes travaux plus artistiques via la page Galerie. Mes articles sont gratuits alors si une de ces photographies vous semble idéale pour la décoration de votre salon, bureau ou gîte, RDV sur ma page boutique ou contactez-moi ici ou sur les réseaux sociaux ou via mon site www.gregclouzeau.fr

Mes dernières images de Bleau

mardi 10 mai 2022

[EXPO] Photo Bleau 5ème édition c'est les 13, 14 et 15 mai prochain à Fontainebleau

C'est désormais le rendez-vous photographique incontournable du Pays de Fontainebleau ! Photo Bleau, toujours montée par une petite équipe d'artistes et photographes 100% locale de notre
collectif Artmotsphère IDF revient pour la cinquième fois à Fontainebleau, dans la grande Salle du Théâtre Municipal, les 13, 14 et 15 mai 2022.

Malheureusement, je n'y serai pas présent physiquement aux côtés de mes amis mais j'y exposerai à nouveau sur le thème des Bl'Origines du monde ! Vous le savez très certainement (sinon, je vous invite à lire ceci), le Pays de Fontainebleau abrite l'un des plus grands sites d'observation de l'art pariétal préhistorique en Europe avec plus de 2000 cavités rocheuses gravées. Mais comme bien souvent à Fontainebleau, nos ancêtres n'ont rien fait comme leurs contemporains ! En effet, ils ont laissé très peu de témoignages figuratifs de la faune de l'époque. Toutefois, l'un d'entre eux, classé par les monuments historiques, fait cohabiter deux chevaux à un jeu de fissures retravaillées pour représenter un sexe féminin : L'origine de Bleau 

Plus loin, dans la forêt, d'autres signes laissent eux aussi à penser qu'un culte était rendu à la femme ou à une déesse Mère. Mais le plus surprenant finalement ce sont les flancs de certaines cavités, couverts de centaines de lignes énigmatiques qui font l'objet d'interprétation parfois les plus farfelues...

Inscrite dans le cadre des Naturiales, cette exposition photographique, fait la part belle à la forêt, sa flore et sa faune remarquable. Outre les photographies naturalistes et de paysages, vous découvrirez les nouvelles créations de Daphné Beauvais basées sur la technique du Cyanotypes, les céramiques de notre ami Laurent Barthel qui tient aussi le bar à thé pour joindre l'utile à l'agréable et les chorégraphies de Claire Morin. Bien entendu, vous pourrez profiter en ce beau week-end de la grande terrasse extérieure et de son Bar Ephémère !

Retrouverez les autres artistes et leurs travaux sur le blog de l'évènement: Photo-Bleau

En cette période très difficile pour la culture et les artistes, nous vous attendons nombreux. 

En attendant, vous pouvez retrouver une sélection de mes tirages des Bl'Origines ici à petits prix !















[ESPECE] Ophrys araignée ou petite araignée, les deux sont menacées par le réchauffement climatique

Critères de détermination de l'Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau
Ouvrir un guide et tenter l'identification d'une ophrys sur une seule photographie ou se plonger dans Internet où il y a tellement d'articles et photos contradictoires, c'est le cauchemar garanti ! Accrochez-vous bien car les variations sont telles et les hybridations si nombreuses qu'un doute subsistera souvent. Il faut donc parfois se faire une raison : il existe au sein des Ophrys de très nombreuses variations et qui ont été en plus, parfois décrites comme des espèces locales. En fait, le plus souvent ce ne sont que des sous espèces ! C'est le cas des Ophrys araignée et petite araignée... Comme c'est la période de floraison de nos orchidées sauvage dans le sud Ile-de-France (77 et 91), il est temps de vous présenter l'Ophrys araignée dont je viens de mettre à jour la description dans mon guide PDF à télécharger ! L'occasion aussi de vous parler d'une étude scientifique sur l'incidence du réchauffement climatique sur la reproduction de ces fragiles petites fleurs et de remercier Christine pour leur localisation.

L'Ophrys petite araignée (Ophrys araneola) par exemple dite aussi Ophrys litigieux (Ophrys litigiosa) ou Ophrys verdissante (Ophrys virescens) est une petite orchidée sauvage qui est désormais considérée comme une sous espèce de l'Ophrys araignée (O. sphegodes). La petite se nomme donc désormais scientifiquement : Ophrys sphegodes subsp. araneola. Cette fleur a longtemps été considérée comme une espèce à part entière mais qui hélas, ne se distinguait de sa grande sœur, que par une difficile et incertaine comparaison.

Les différences sont minimes et d'ordre morphologique (fleurs plus petites, sépales plus ou moins grands par rapport au labelle, couleurs des pétales et sépales), d'ordre géographique mais aussi donc calendaire (floraison plus ou moins précoce). 

Araneola est donc réputé plus précoce en date de floraison (début mars) qu'Aranifera début avril (dans les régions où on peut trouver les deux) mais les deux cohabitent souvent sur la même pelouse et, suivant la période de visite, il y avait plus de l'une ou de l'autre. Les fleurs de la petite araignée, comme son nom le laisse supposer, sont un peu plus petites (de quelques millimètres sur un labelle qui dépasse rarement un centimètre (la taille d'un ongle) c'est difficile à estimer. Généralement ce labelle semble "minuscule" car entouré par de longs pétales et sépales. Il est souvent plus rond et margé de jaune mais sans gibbosité (alors qu'Aranifera est plus allongé et aussi margé de jaune mais cette partie étant repliée vers l'arrière la plupart du temps, cela ne saute pas aux yeux). 

Bref, mieux vaut parler d'Ophrys araignée donc Sphegodes ou aranifera que de se risquer à la sous-espèces finalement assez rare dans notre région. D'ailleurs, pour revenir à ce que je disais en introduction, vouloir identifier une espèce à travers les photographies laisse souvent un doute. Mieux vaut ne pas se fier au dessin de la macule. C'est pourquoi, sur les photographies de mes guides et fiches espèces, j'indique clairement les critères de détermination. 

Critères de détermination de l'Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau
Critères de détermination de l'Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau


Ophrys araignée et petite araignée se caractérisent par des feuilles vert-bleu à aspect réticulé en rosette basale (comme les autre Ophrys), par une inflorescence de 4 à 10 petites fleurs sur des tiges de 10 à 30 cm. La fleur comporte deux petits pétales latéraux plus étroits à bords ondulés-crénelés de couleur verdâtre à brunâtre. Les trois sépales verts forment une structure protégeant le « gynostème ». Le labelle est brun rougeâtre pratiquement entier, à pilosité marginale claire et bordure généralement jaune (parfois orange) et il porte des marques grises ou bleutées voir violettes en forme de ‘H’ ou X au centre de la partie supérieure du labelle, ce qui le fait ressembler à l’abdomen d’une araignée. De chaque côté du champ basal, il y a deux petites boules luisantes, dont l’aspect globuleux et la couleur leur donnent l’aspect d’yeux, c’est pourquoi, on les appelle les « pseudo-yeux ». 

C’est grâce à cette morphologie spécifique du labelle et aux substances attractives émises, que la pollinisation se fait par l’abeille Andrena nigroaenea

C'est une plante de pleine lumière poussant sur un substrat calcaire dans les pelouses, garrigues, et bois clairs. Elle est plutôt précoce en Seine et Marne avec une floraison début avril, voir mi-mars sur certaines pentes dans la variante petite araignée. Les fleurs fanant très rapidement après la fécondation ce qui amène souvent à penser à tort que certains pieds sont hypochromes. On le voit bien quand il ne reste que la fleur sommitale pour comparer.

Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau
Critères de détermination de l'Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau


Critères de détermination de l'Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau


Critères de détermination de l'Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau


Des plantes menacées par le réchauffement climatique !

Le professeur Michaël Hutchings de l’université du Sussex (Grande-Bretagne) affirme avoir prouvé que le réchauffement climatique perturbe bien les interdépendances entre la plante et son polinisateur. Ses travaux publiés dans Botanical journal of the Linnean society démontrent en effet que les relations entre l’ophrys araignée, Ophrys sphegodes, et son pollinisateur associé, l’hyménoptère Andrena nigroaenea, se dérèglent à mesure que les températures printanières montent. La démonstration court sur les trois derniers siècles, période où la température moyenne mondiale n'a crû que de 1°C.

Le succès de la reproduction de l’ophrys araignée repose sur un timing précis. Outre son appendice velouté et son labelle, qui imite à la perfection l’abdomen d’une femelle d’Andrena nigroaenea, la fleur. diffuse également des substances chimiques similaires aux phéromones pour attirer les mâles. Ceux-ci émergent quelques jours après la floraison et avant les femelles. Pour sa pollinisation, l’orchidée sauvage profite donc d’une petite période où elle n’est pas concurrencée pour attiser la visite des hyménoptères bernés par une pseudo-copulation. Mais la plante et son pollinisateur ne réagissent pas de la même façon à la hausse des températures.

Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau

Critères de détermination de l'Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau


Critères de détermination de l'Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau


Critères de détermination de l'Ophrys araignée (O. Sphegodes ou aranifera) Pays de Fontainebleau


Ce que l’équipe de Michaël Hutchings a découvert, c’est qu’avec la hausse des températures, ces trois étapes se produisent plus tôt dans l’année mais pas à la même vitesse. Pour 1°C supplémentaire, le pic d’émergence des insectes mâles se déroule 9,2 jours plus tôt, celui des femelles 15,6 jours tandis que les fleurs ne glissent que de 6,4 jours. Lorsque le printemps est chaud, l’intervalle de temps entre l’émergence des insectes mâles et femelles diminue fortement, mais plus grave, la sortie de l’hibernation du pollinisateur s’opère avant que l’orchidée ait eu le temps de fleurir. La fleur se retrouve donc en compétition avec les femelles. Et les insectes mâles préfèrent évidemment s’accoupler avec les membres de leur espèce plutôt que d’opérer une pseudo-copulation avec une fleur.

Pour mesurer ces évolutions, les chercheurs se sont appuyés sur les observations de terrain de la démographie des orchidées effectuées depuis le milieu des années 1970. Ils ont ensuite pu remonter jusqu’en 1848 pour calculer la date de floraison des ophrys grâce aux herbiers du Royal Botanic Gardens Kew et du British Museum de Londres tandis que les collections entomologiques du Natural History Museum et de l’université d’Oxford ont permis d’établir les dates annuelles des émergences des insectes depuis 1893. Grâce aux mesures de températures effectuées depuis 1659, les chercheurs ont pu estimer les dates d’émergence des insectes sur trois siècles. On sait ainsi désormais qu’entre 1659 et 1710, la sortie d'hibernation des insectes femelles ne précède la floraison des ophrys que dans 40 % des années. Entre 1961 et 2014, ce sont 80 % des printemps qui se révèlent défavorables à la reproduction de la fleur !

Très documentée, cette étude fournit une preuve indiscutable que la hausse des températures fausse des relations entre espèces essentielles pour leurs survies. Les écosystèmes sont ainsi remplis d’interactions entre espèces végétales et animales et entre animaux entre eux. Ainsi, la date de naissance des oisillons de la plupart des espèces d’oiseaux coïncide avec le pic de prolifération des insectes dont ils se nourrissent. La hausse des températures bouleverse ces équilibres, provoquant des effets que les écologues tentent d’évaluer. Bref, il est urgent d'agir...


mardi 12 avril 2022

[ESPECE] La mouche de Saint Marc et le lézard glouton

La mouche de la Saint Marc (Bibio marci) ou Bibion est une espèce d'insectes de l'ordre des diptères, de la famille des Bibionidae. Cette mouche noire au corps allongé et velu s'envole dès les premières chaleurs de la fin mars et traditionnellement à partir du 25 avril (d'où son petit nom). Commun et répandu dans toute l’Europe, ce diptère de 8 à 15 mm a un vol assez lent et maladroit. Du coup, ce week-end, il faisait le régal de ce très beau lézard des murailles (Podarcis Muralis). Il ne lui aura fallu que deux minutes pour gober la dizaine de Bibions qui volaient à moins de 50 cm du sol.  Un spectacle captivant dont hélas, je n'ai pu saisir les bonds tant ce lézard était rapide !

Lézard des murailles en chasse dans les Grands Avaux, PNR du Gâtinais, Pays de Fontainebleau
Lézard des murailles en chasse dans les Grands Avaux, PNR du Gâtinais, Pays de Fontainebleau

Et me voilà donc en train de vous proposer une fiche espèce, sans aucune image de la mouche ! Les bibions sont de plusieurs espèces et seul une observation attentive et pointue permet de les distinguer... Ainsi, Bibio hortulanus a la pilosité des côtés du thorax et de l’abdomen grise, Bibio anglicus a les deux nervures de l’apex de la cellule près du ptérostigma de longueur égale, Bibio clavipes vole en automne. Il parait plus mince, avec des pattes plus longues et fines, Bibio leucopterus a les ailes laiteuses, Bibio venosus a toutes les nervures alaires noircies alors que Bibio Marci est entièrement noire, y compris les pattes et les poils. L’apex des tibias possède un éperon fort en forme de bec. Les antennes sont courtes et robustes, insérées sous les yeux. Les yeux sont nettement séparés chez la femelle, contigus et sensiblement plus gros chez le mâle. Le mâle a les ailes subhyalines et la cellule costale noirâtre alors que la femelle a les ailes brunies et noirâtres le long de la costale.

Lézard des murailles gobe une mouche de Saint Marc dans les Grands Avaux, PNR du Gâtinais.
Lézard des murailles englouti une mouche de Saint Marc dans les Grands Avaux, PNR du Gâtinais.

Très communs, les bibions volent peu et souvent à basse altitude En vol, les pattes arrières des bibions restent pendantes et bien visibles. On les trouvent dans des endroits plutôt humides d'autant qu'ils affectionnent les sols en décomposition où ils vont pondre à partir du mois de juin. Les larves vont s'y développer, souvent en amas, avant l'éclosion a lieu de mi-avril à mi-mai. Se nourrissant des litières végétales forestières en décomposition, ils affectionnent donc les rives des cours d'eau. L'apparition des mouches adultes provoque une véritable frénésie alimentaire chez la truite rendant difficile toute tentative d'utilisation d'un autre appât ce qui explique son " imitation " chez les pêcheurs à la mouche !

Lézard des murailles gobe une mouche de Saint Marc dans les Grands Avaux, PNR du Gâtinais.
Lézard des murailles gobe une autre mouche de Saint Marc dans les Grands Avaux, PNR du Gâtinais.


Lézard des murailles gobe une mouche de Saint Marc dans les Grands Avaux, PNR du Gâtinais.
En quelques secondes mon lézard des murailles aura englouti tous mes sujets du jour


Promis, la prochaine fois, j'en fais des photographies et je mets à jour la fiche ! 

En attendant, je vous invite vivement à parcourir les hashtags Faune et Flore (ou cette page) pour découvrir les nombreuses espèces du moment à commencer par les orchidées sauvages dont les premières font actuellement leur apparition dans le Pays de Fontainebleau (mes guides papier et pdf sont encore disponibles) A observer en ce moment, vous avez par exemple : l'Anémone Sylvie, la sublime Anémone Pulsatille, la non moins belle Jacynthe des bois, l'étrange Corydale solide, ou le succulent et très convoité Ail des ours...

Lézard des murailles gobe une mouche de Saint Marc dans les Grands Avaux, PNR du Gâtinais.
Un dernier regard et mon Lézard des murailles, repu, s'échappe...



vendredi 25 mars 2022

[BLOC] Envole-toi avec JC Airlines au 95,2

Je ne suis pas adepte des très grands jetés mais certains m'ont fasciné par leur ampleur. Pour beaucoup de grimpeurs de ma génération, le jeté était presque un aveu de faiblesse. Il aura fallu attendre l'ouverture de blocs comme l'Ange Naïf par Alain Ghersen en 1984 et Futurs barbares par Marc Le Ménestrel pour que l'on prenne vraiment conscience du potentiel de ces grandes envolées.

Toutes deux sont situées au 95,2 et si les Futurs barbares se trouvent à l'arrivée du circuit rouge, l'Ange et ses variantes se situent au départ du circuit blanc. C'est donc sur ce très gros cailloux (L'ectoplasme) que je vous invite à découvrir Jaffesse Conexion Airlines, un gros jeté en 7B/7B+ comme les aime la jeune génération, beaucoup plus habituée à ce type de jeu depuis l'ouverture des salles de blocs et les jeux télévisés comme Ninja Warrior.

Le jeu est très simple, atteindre le haut depuis le bas en un seul jeté...ou comment transformer le 5C du Kilo de beurre (1 blanc) en un 7B+ de haut vol !

 

Jaffesse Conexion Airlines 95,2 TROIS PIGNONS


Jaffesse Conexion Airlines 95,2 TROIS PIGNONS


Jaffesse Conexion Airlines 95,2 TROIS PIGNONS


Jaffesse Conexion Airlines
95,2 TROIS PIGNONS