lundi 8 juin 2015

Le troène, le cétoine et le petit capricorne

Avec le Troène en fleur découvrons le cétoine et le petit capricorne

Lorsqu'en marchant vous entendez un drôle de vrombissement, vous vous dites certainement : quelle est cette créature ? Amies ou ennemies ? Si par chance ce n'est ni frelon, ni une guêpe, alors c'est sans doute un gros coléoptère et les fleures blanches en attirent de nombreuses espèces.




En effet, le printemps et l'été offrent de nombreuses fleures blanches sauvages qui sont très prisées des insectes ! Citons, par exemple, les Aubépines, les chèvrefeuilles, les ombellifères, le sureau ou le troène commun dont les forêts de Fontainebleau et des Trois Pignons abritent quelques belles stations.


Le troène commun (Ligustrum vulgare) est un arbuste de la famille des Oléacées, à feuillage semi-caduc, aux fleurs blanches très odorantes qui donneront des baies noires toxiques. Son pollen peut être allergène. Parmi la cinquantaine d'espèces de troènes, celle du troène commun est la seule à pousser spontanément en Europe. 




Le troène commun est différent de celui, de plus en plus employé pour la constitution de haies (Ligustrum ovalifolium), qui est originaire du Japon.

Cetonia aurata
Si le troène commun est l'espèce-hôte du sphinx du troène (Sphinx ligustri), ses fleures accueillent de nombreux coléoptères et parmi elles, la Cétoine dorée, un insecte qui passe rarement inaperçu, tant ses coloris métalliques retiennent l'attention. Le vert métallisé des élytres de Cetonia aurata est très variable. Il va du bronze plus ou moins cuivré, au vert émeraude tirant sur le bleu.


Ce sont des coléoptères phytophages et xylophages, c'est à dire que leurs larves se nourrissent de bois alors que les adultes consomment le pollen. 

On peut aussi facilement observer le Petit Capricorne, (Cerambyx scopolii) ou Capricorne de Scopoli assez commun chez nous. 

On reconnait au premier coup d’œil un longicorne à ses antennes. Plus longues chez le mâle, chez le petit capricorne, elles mesurent environ deux fois la longueur du corps chez le mâle qui mesure de 17 à 28 mm. 

A la différence du Grand capricorne, le pronotum et les élytres sont granuleux d’aspect. Les bords des élytres sont pratiquement parallèles, et leur extrémité est arrondie.

 
Petit Capricorne, (Cerambyx scopolii), Drei Zinnen, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
Petit Capricorne, (Cerambyx scopolii), Drei Zinnen, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau


Petit Capricorne, (Cerambyx scopolii), Drei Zinnen, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau
Petit Capricorne, (Cerambyx scopolii), Drei Zinnen, Trois Pignons, (C) 2015 Greg Clouzeau


Greg des blocs

Auteur & Photographe

Passionné de nature et de sport, je participe à la rédaction de plusieurs magazines et portails d'information

Engagé dans la préservation des sites naturels, je partage ici certaines mes connaissances sur le Pays de Fontainebleau en les illustrant de mes observations photographiques.

1 commentaires:

  1. […] Lorsqu'en marchant vous entendez un drôle de vrombissement, vous vous dites certainement : quelle est cette créature ? Amies ou ennemies ? Si par chance ce n'est ni frelon, ni une guêpe, alors c'es...  […]

    RépondreSupprimer