mercredi 7 août 2019

Connaissez-vous le muscari à toupet (Muscari comosum) ?


Bon vous connaissez très certainement le muscari à grappes (Muscari neglectum), cette petite plante aux fleurs violettes que l'on trouve en couvre sol dans de nombreux jardins au début du printemps. Mais connaissez-vous le muscari à toupet (Leopoldia comosa ) ? Et saviez-vous qu'on peut l'observer en forêt de Fontainebleau ? J'avoue que je n'avais jamais fait attention à sa présence. Et pourtant le port de son inflorescence est tellement original qu'elle ne passe pas inaperçue !
Muscari à toupet (muscari comosum ) en forêt de Fontainebleau
Muscari à toupet (muscari comosum ) en forêt de Fontainebleau


Du coup, lors de ma première rencontre avec ce muscari, je me suis dit encore une jolie plante exotique ou horticole échappée d'un jardin et arrivée en forêt de Fontainebleau !! Oui mais là, j'étais quand même bien loin des premières habitations. Et aucune trace de cette plante aux allures de punk dans mes guides des fleurs communes de France. Quelques recherches plus tard, je découvre donc le Muscari à toupet, une plante sauvage européenne commune et les particularités de son inflorescence à étages. Bon ben pour ce qui est du qualificatif "commune", j'avoue que c'est pas celui que j'aurai utilisé notamment lorsqu'elle pousse de manière sauvage dans certaines prairies, y compris au cœur de la forêt domaniale de Fontainebleau.
Muscari à toupet (muscari comosum ) en forêt de Fontainebleau
Muscari à toupet (muscari comosum ) en forêt de Fontainebleau




Donc, muscari comosum fait partie des monocotylédones et de la famille des asparagacées, comme la jacinthe des bois, l'ornithogale (Dame de onze heures), ou le sceau de Salomon, et bien d'autres plantes comme le Fragon (petit houx dont elle parait bien éloignée)… Le nom « muscari » vient du latin botanique à cause de l'odeur des fleurs du muscari musqué (Muscari moschatum). L'épithète comosum viendrait du grec coma et fait référence à la « coiffe » de fleurs  longuement pédiculées qui lui donne cet aspect si particulier. Ce muscari trouve ses origines autour du bassin méditerranéen (Turquie, Iran...) et sauvage, elle en garde un goût prononcé pour la lumière, les sols riches, sablonneux et bien drainés. En France, elle affectionne les plateaux calcaires et des bords de routes ensoleillés.
Muscaris à toupet (muscari comosum ) en forêt de Fontainebleau
Muscaris à toupet (muscari comosum ) en forêt de Fontainebleau

Comme toutes ces plantes, le muscari est issu d'un bulbe et ses feuilles sont longues (10 à 15 cm) à nervures parallèles….Grâce à son bulbe, c'est une espèce vivace qui atteint de 30 à 60 cm de haut et qui fleurit au printemps, entre avril et juillet.
Les fleurs, sans odeur pour cette variété, ont une forme de grelot de couleur violette, ovoïde plus ou moins tubuleux, terminé par six dents très courtes. Les pétales sont entièrement soudés. L'ovaire est divisé en trois loges. Les fleurs sont réunies en une longue grappe assez lâche. Celles du haut, à pédicelles plus longs et redressés, sont stériles et  ne produisent donc pas de fruit. Les fruits sont des capsules s'ouvrant par trois valves triangulaires un peu arrondies. 

Le muscari porte donc :
- au sommet de la tige un ensemble de fleurs stériles très colorées (le fameux toupet),
- un ensemble de fleurs fertiles situées sous le toupet.

Les fleurs stériles ont la charge d'attirer les insectes polinisateurs. Les fleurs fertiles d'abord en boutons violets s'épanouissent pour former des clochettes allongées de plus en plus brunâtres vers le bas de la tige. Elles contiennent des étamines à anthères violacées que l'on peut voir par un petit trou où parfois circulent les fourmis… Lors de la floraison, l'émergence du cône floral pourrait faire penser à une orchidée qui partage le même milieu.
Description de la fleur de Muscari à toupet (muscari comosum )
Description de la fleur de Muscari à toupet (muscari comosum )












À l'image de certaines Liliacées (sa famille dans l'ancienne classification) comme l'oignon, l'ail ou l’échalote, les bulbes du Muscari à toupet sont comestibles après cuisson. Spécialité italienne, les «lampascioni» sont ébouillantés dans de l’eau vinaigrée puis salés, poivrés et mis en bocal dans de l'huile d'olive. Malheureusement, les colonies de Muscaris à toupet observées à Fontainebleau sont peu denses et tenter une récolte serait préjudiciable à leur survie ! Pour gouter, il faudra donc se diriger vers une épicerie italienne !

0 commentaires:

Publier un commentaire

Bonjour,
Merci de l'intérêt que vous avez porté à cette publication. Votre commentaire sera adressé à Greg Clouzeau pour vérification avant sa mise en ligne.