mardi 26 mai 2020

[ESPECE] Ne confondez plus l'ochidée Néottie et les Orobanches

Parmi la trentaine d'orchidées sauvages présentes dans le Pays de Fontainebleau, la Néottie (Neottia nidus-avis) est sans doute la plus étrange et tient un rôle très particulier dans l'histoire. Hélas, elle n'est pas très belle et peut facilement être confondu avec une Orobanche qui est elle, un parasite. Pour éviter toutes confusions, je vous propose une série de photographies d'illustration qui complèteront mon petit guide illustré des Ophrys et Orchis de la forêt.



Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) Fontainebleau
Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) Fontainebleau




Néottie est une espèce mésophile (températures modérées) qui aime l'ombre et apprécie des sols riches au pH basique à neutre, plutôt calcaire. Ses biotopes préférés sont les hêtraies, chênaies ou pineraies. Elle est considérée comme typique des peuplements forestiers de type hétraie-charmaie (Carpino-Fagenelia) ou hétraie à Céphalanthère (Cephalanthera-Fagion). On la retrouve jusqu'à 1 500 m d'altitude sur le continent eurasiatique. C'est une espèce plutôt commune donc en France mais considérée comme totalement absente des départements du Morbihan, de la Loire-Atlantique, du Pas-de-Calais et de Paris-même. Sa présence en Finistère reste incertaine. L'espèce est classée "LC" : Préoccupation mineure sur la Liste rouge des espèces menacées en France.


Les Orobanches sont un genre de plantes herbacées sans chlorophylle, de la famille des Orobanchacées, comprenant environ 150 espèces originaires des régions tempérées de l'hémisphère nord. Ce sont des parasites qui profitent du système racinaires de la plante à laquelle elles sont inféodées pour s'alimenter alors que notre Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) est une Orchidaceae. A la différence des premières, notre orchidée possède des rhizomes mais elle aussi est dépourvue de chlorophylle ce qui explique sa coloration beige de la tête au pied et la confusion.


Alors, comment les distinguer ?

La Néottie pousse toujours à mi-ombre, parfois en colonies assez denses et son labelle est séparé en 2 lèvres alors que l'Orobanche pousse plutôt sur des pentes et pelouses ensoleillées et son "labelle" est trilobé. (cliquez sur la photographie pour basculer en plein écran)





Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) Fontainebleau





Orobanche, Bourgogne
Orobanche, Bourgogne

Notre nid d'oiseau peut varier de 10 à 40 cm de haut. Elle est de couleur brun jaunâtre et ses fleurs, roussâtres, sont disposées en épi. Les feuilles sont brunes et transformées en écailles engainantes le long de la tige. La tige desséchée avec les capsules vides persiste d'une année à l'autre. Sur l'appareil végétatif, en partie souterrain, la disposition et l'enchevêtrement des rhizomes et racines font penser aux brindilles d'un nid d'oiseau ce qui explique son nom. La comparaison est attribuée au médecin et botaniste Jacques Daléchamps en 1587. Attention, cette plante est toxique.






Sa floraison s'étale de mai à juillet et, paraît-il, peut se faire sous terre. Comme toujours avec nos orchidées, la pollinisation est assurée par les insectes (en particulier des coléoptères et des thysanoures) mais l'autofécondation peut avoir lieu à défaut de visite d'insecte: les pollinies enflent, puis s'effritent et le pollen se dépose sur le stigmate.

Du fait de sa ressemblance avec une orobanche et de l'absence de chlorophylle, la Néottie nid d'oiseau est souvent considérée à tort comme un parasite. Ce n'est pas vrai ! Comme la plupart des orchidées, la Néottie a développé des caractéristiques la rendant extrêmement économe en ressources. Ses besoins en eau et en azote sont nettement réduits car elle n'a pas besoin de photosynthèse et son association à un champignon qui vit lui en symbiose avec les racines d'un feuillu lui assure ce qu'il faut pour se développer (sucres, acides aminés…). 

Trois autres orchidées (Limodorum, Corallorhiza et Epipogium) présentent dans notre hémisphère sont dépourvues de chlorophylle.

Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) Fontainebleau
Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) Fontainebleau




Un brin d'histoire !




C'est en forêt de Fontainebleau que Noël Bernard découvrit en 1899 le rôle déterminant joué par des filaments mycéliens présents à l'intérieur des racines de Neottia lors de la germination des graines. Plus tard, on observa que ce phénomène était général chez toutes les orchidées, dont les graines minuscules ne peuvent germer que si elles sont aidées dans cette tâche par les filaments du champignon qui leur servent de pseudo-racines et aspirent dans le sol les éléments nutritifs dont elles ont besoin. Un équilibre fragile s'instaure alors entre le champignon et la racine de la plante herbacée (ce pourquoi, il ne faut pas arracher une orchidée sauvage pour la planter chez soi !) C'est en sécrétant des substances chimiques particulières : l'orchinol et l'hircynol, que les racines tubérisées des plantes adultes maintiennent le champignon à leur périphérie et lui interdisent de pénétrer trop en avant dans leur tissu. Cette découverte de Noël Bernard à Fontainebleau a résolu le mystère de la germination des orchidées !

Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) Fontainebleau





Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) Fontainebleau

Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) Fontainebleau

Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) Fontainebleau

0 commentaires:

Publier un commentaire

Bonjour,
Merci de l'intérêt que vous avez porté à cette publication. Votre commentaire sera adressé à Greg Clouzeau pour vérification avant sa mise en ligne.