mardi 7 mai 2019

La pelouse aux orchidées sauvages

Il y a tout juste un an et 5 jours je publiais un article sur la superbe Anémone pulsatille que l'on peut observer sur divers sites remarquables de la forêt de Fontainebleau. Intimement liée à un certain type de biotope, cette magnifique fleur de Printemps pousse en quantité assez importante sur les pelouses calcicoles du Pays de Fontainebleau et notamment dans la plaine de Chanfroy dans les Trois Pignons. Une pelouse qui est aussi un des spots d'observation de quelques très belles orchidées sauvages (album photographique) et dont je vous livre un petit guide d'identification sur photos ici. Cette année, à la même date, je n'ai vu que très peu d'anémones et beaucoup de pousses d'orchidée broutées par les moutons d'Alexandre. Du coup, passage par un spot moins connu et sans brebis où j'ai pu retrouver mes pulsatilles, l'Hélianthème des Apennins (très semblable à l'hélianthème à Ombelles) mais aussi la globulaire ponctuée (Globularia bisnagarcia), une fleur typique des pelouses sablo-calcaires xérophiles comme disent les scientifiques, et les premières fleurs de la très jolie orchidée mouche (Ophrys insectifera).

L'Ophrys mouche (Ophrys insectifera), Trois Pignons
L'Ophrys mouche (Ophrys insectifera), Trois Pignons


Les pelouses sèches sont des biotopes ouverts très particuliers et menacés. Les naturalistes en distinguent de très nombreux types en fonction du substrat (nature du sol) et de leur évolution dans le temps. Parmi celles-ci, les pelouses calcicoles xéroclines, très arides, sont pourtant le refuge d'une faune et d'une flore tout à fait remarquables, souvent très différentes du reste de la forêt de Fontainebleau et de l'Ile-de-France. Ces sites sont constitués d'un sol pauvre de faible épaisseur reposant sur un fond de calcaire d'Etampes parfois mélangé à du sable stampien typique de Fontainebleau. On les trouve dans certains fonds de vallées mais aussi dans certaines pentes. Ils sont souvent le résultat d'une longue activité humaine passée comme les carrières (c'est le cas à Chanfroy) mais aussi les champs de tir d'artillerie.

Anémone Pulsatille, Trois Pignons


Abandonnées, ces pelouses se transforment lentement en milieux boisés et fermés provoquant la disparition progressive des espèces qui s'étaient adaptées à ses sites très spécifiques. A Chanfroy et à Macherin, la reprise du pâturage par des ovins depuis 2014 ne semble hélas pas ralentir la colonisation par les bouleaux puis les pins de ces étendues ! Pire, le pâturage semble avoir provoqué la disparition de certaines espèces comme le signalait mon ami Djamal il y a quelques temps. Il est peut être temps de faire un bilan naturaliste sur ces deux station et de compléter par un nouvel arrachage des arbres...

En tous cas, il est clair que dans la partie actuellement pâturée, il n'y a cette année aucune anémone pulsatille là où j'en ai photographié des centaines l'an dernier à la même date. Quant aux orchidées, toutes les pousses du périmètre ont été tondues…

En attendant donc, direction un autre spot (merci Cécile) pour retrouver les premières fleurs du Printemps dans ce milieu finalement assez rare dans le Pays de Fontainebleau. Un spot, lui aussi menacé par la colonisation de lande environnante et notamment par les pins qui ferme de plus en plus le site…


L'Ophrys mouche (Ophrys insectifera) est une orchidée sauvage terrestre qui doit son nom à l'apparence de sa fleur qui ressemble à une mouche sombre. La plante est répandue dans presque toute l'Europe mais en France, elle est absente en Bretagne, sur la côte ouest et en Corse. Elle fleuri, d'avril à juillet, selon l'altitude. Cette espèce se rencontre en pleine lumière ou à mi-ombre, sur sols surtout calcaires, dans les pelouses, les bois clairs. L'Ophrys insectifera est très reconnaissable à son labelle brun noirâtre fortement trilobé et aux pétales sombres, très fins et dirigés vers l'avant.

Il s'agit d'une plante élancée, haute de 20 à 70 cm et portant de 2 à 10 fleurs en inflorescence lâche. Autres signes distinctifs : la macule en position centrale de couleur gris bleuâtre, l'absence de marge jaune et les loges polliniques teintées de rouge. Cet Ophrys est un exemple de mimétisme avec l'insecte pollinisateur (un hyménoptère du genre Argogorytes) dont il imite la forme.
L'espèce est classée "LC" : Préoccupation mineure
Elle est protégée en France dans plusieurs régions

L'Ophrys mouche (Ophrys insectifera), Trois Pignons













Comme indiqué plus haut, j'ai aussi croisé quelques fleurs remarquables et typiques de ce milieu sablo-calcaire comme, la globulaire commune (Globularia bisnagarica), appelée aussi globulaire vulgaire ou globulaire ponctuée.
C'est une est une plante vivace qui appartenait à la famille des Globulariaceae selon la classification classique mais replacée actuellement dans la famille des Plantaginaceae selon la classification phylogénétique APG III (2009). Les feuilles basales en rosette, pétiolées, souvent spatulées et terminées par des petites dents sont assez grosses alors que les feuilles caulinaires (sur la tige) sont sessiles, alternées, lancéolées et pointues. Les fleurs bleues sont groupées en capitule solitaire entouré de bractées pointues. On la rencontre surtout dans le sud de l'Europe et sur sol basique, souvent en moyenne montagne, dans les prés secs et les lieux caillouteux. Elle atteint le nord de la France et le sud de la Belgique. Floraison d'avril à juin. En France métropolitaine, cette espèce est protégée en régions Basse-Normandie et Pays de la Loire.
Enfin, l'hélianthème des Apennins (Helianthemum apenninum) est une petite plante vivace appartenant à la famille des Cistacées et au genre Helianthemum, poussant dans les régions méridionales de l'Europe et reconnaissable notamment à ses fleurs à cinq pétales blancs portant un onglet jaune. On distingue diverses sous-espèces et variétés. On rencontre cette espèce au nord du bassin méditerranéen et à l'ouest de l'Afrique du Nord, aussi en montagne (Alpes du Sud) jusqu'à 1 800 mètres. Cette plante pousse presque exclusivement sur le calcaire, dans les prés rocailleux et au bord des chemins.













0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Bonjour,
Merci de l'intérêt que vous avez porté à cette publication. Votre commentaire sera adressé à Greg Clouzeau pour vérification avant sa mise en ligne.